La référence des professionnels
des communications et du design

Médias: s'adapter ou mourir

Dure semaine pour les médias au pays, alors que Corporation Sun Media a fermé Sun News vendredi dernier, au lendemain de l’annonce de la fermeture de la salle de nouvelles de Yahoo! au Québec: diagnostic de deux experts médias.

marc hamelin

Marc Hamelin, vice-président et directeur général de Vizeum Montréal

Diagnostic: La fermeture de Sun News ne constitue pas une surprise du tout. Le réseau n’a jamais réussi à trouver sa place au sein du Canada anglais et ses prises de position souvent trop radicales, parfois même farfelues, n’ont pas crédibilisé ce réseau d’information. Difficile alors pour les annonceurs de s’y coller. La pénétration de ce type de réseau est déjà, au départ, très difficile, et sa rentabilité peut prendre plusieurs années. Alors, force est d’admettre ici que le jeu n’en valait plus la chandelle.

Sun News n’a jamais réussi à trouver sa place au sein du Canada anglais et ses prises de position n’ont pas crédibilisé ce réseau d’information. 

Recommandation: La seule chose qui me vient en tête est que si un groupe veut se doter d’un service de rédaction digne de ce nom, qu’il n’en fasse pas un service «secondaire», un «nice-to-have» sans valeur ajoutée... Je crois que ça n’a jamais été une priorité pour Yahoo, du moins pour le Québec, là où notre marché hermétique et très centré sur lui-même est déjà assez bien servi dans le domaine. 

frédéric rondeau

Frédéric Rondeau, associé d'Espace M

Diagnostic: Je ne suis pas surpris de la fermeture de Sun News. Les auditoires des chaînes télévisées sont de plus en plus fragmentés, et la chaîne n’a clairement jamais réussi obtenir des parts de marché lui permettant d’atteindre les revenus attendus par ses actionnaires. Mais au-delà de cette question, l’aspect intéressant de cette annonce touche le contenu, essentiel de nos jours. Celui de Sun News en était un de droite, et je ne suis pas certain qu’il y ait une place, au Canada anglais, pour aller chercher des parts assez importantes pour ce type de contenu journalistique, comme ça pourrait être le cas aux États-Unis, avec Fox News, par exemple. Prenons le quotidien National Post, aussi plutôt à droite et qui, disons-le, survit tant bien que mal...

Je ne suis pas certain qu’il y ait une place, au Canada anglais, pour aller chercher des parts de marché importantes avec du contenu journalistique de droite.

Recommandation: Investir dans le contenu: son importance a toujours été vraie, mais l’est plus que jamais aujourd’hui avec la fragmentation des auditoires. Surtout au Québec, où le contenu original et local est primordial pour se frotter à la compétition en place ici. L’exemple de Yahoo! est probant, en ce sens: le groupe, qui réalise actuellement une restructuration mondiale, doit réduire ses coûts – la croissance de la programmatique, qui fait que l’inventaire vendu moins cher génère moins de revenus, a peut-être miné ses profits au Québec. Paradoxalement, pour conserver son auditoire ici, elle devrait surinvestir pour intéresser ce dernier avec des contenus locaux. La décision de fermer, qui était stratégique, témoigne sans doute que le jeu n’en valait pas la chandelle.

comments powered by Disqus