La référence des professionnels
des communications et du design

Les «buzzwords» de 2015

On souhaite à certains une longue vie, mais d’autres mériteraient de disparaître en 2016. L'équipe d'Infopresse a rassemblé les mots qui ont dominé l'industrie cette année. 

1. Selfie stick
Si cela fait déjà quelques années que le selfie stick permet de se photographier sans interagir avec d’autres humains, les initiatives les plus originales ont vu le jour en 2015. Le 12 février dernier, BuzzFeed a publié Things Everybody Does But Doesn’t Talk About, Featuring President Obama. Le président américain s’est prêté au jeu dans une vidéo visant à promouvoir son programme d’assurance médicale. À la suite de la publication de cette vidéo, l’image où il se prend en photo avec un selfie stick a connu une popularité fulgurante sur les réseaux sociaux.

En novembre, un jeune Britannique atteint du syndrome Asperger a utilisé un selfie stick pour produire une courte vidéo sur son quotidien de bouc émissaire. Un peu plus loin, en Russie, il se donne maintenant des cours d’autodéfense où l'on apprend comment chasser les attaquants à l’aide d’un selfie stick. Espérons qu'en 2016, le narcissisme baisse en popularité: le selfie stick n'est pas le meilleur accessoire de mode qui soit. 

2. Milléniaux
Les milléniaux figuraient parmi les «buzzwords» en 2014, mais il est presque impossible de passer à côté cette année. Si l'on commençait à s’y intéresser, 2015 a vu le phénomène exploser. Le nombre de recherches, articles, conférences et initiatives pour les comprendre et les attirer est impressionnant. Pour ne nommer que quelques exemples, on a cherché à saisir leurs habitudes d’engagement envers les marques, sur les réseaux sociaux et en matière de contenu. Des campagnes et des partenariats ont aussi été réalisés sur mesure pour les cibler (Tourisme Montréal, Badoit, CBC). Enfin, des plateformes médias ont été créées spécifiquement pour eux (Elite Daily, Great Big Story). Après deux ans au classement des buzzwords, il est temps que les marketeurs nous fournissent de nouvelles cibles démographiques en 2016...

3. Sociofinancement
Cette année, le sociofinancement semble s’être imposé dans plusieurs modèles d’affaires. Le Devoir, la Ligue nationale d’improvisation, la marque de bière Shock Top et même Pornhub ont lancé des campagnes de sociofinancement. Pas surprenant que les plateformes pour démarrer sa propre opération se multiplient. Parmi elles, on compte Tipeee, KissKissBankBank, Indiegogo, Kickstarter, Ulule et Mymajorcampany. 

4. Émojis
En 2015, les émojis ne sont plus utilisés que pour exprimer une émotion dans les conversations privées. Ils sont devenus un véritable mode de communication pour les marques. Alors que les annonceurs s’en donnaient à cœur joie pour le tout premier événement World Emoji Day, Tim Hortons a créé un clavier composé d’émojis pour célébrer la Fête du Canada, Coca-Cola Porto Rico a carrément enregistré des noms de domaines avec des émojis, et l’organisation suédoise Bris a conçu des émojis visant à sensibiliser la population à la violence familiale. Enfin, Kim Kardashian a annoncé la naissance de son deuxième enfant, Saint West, simplement à l'aide de quatre émojis.

Dans un registre plus sérieux, notons que le mot de l'année du dictionnaire Oxford est nul autre qu'un émoji qui pleure des larmes de joie. 

5. Star Wars... et le marketing des films en général
Pour la sortie de son septième chapitre, la saga Star Wars a vu grand. Les studios Walt Disney ont travaillé au marketing de la sortie du film pendant plus d’un an, tout en s’efforçant de garder le mystère. Avec la Journée internationale Star Wars et le mot-clic #MayTheFourthBeWithYou, Star Wars a même embarqué plusieurs autres marques dans l’engouement. Et tout récemment, Star Wars et les studios Walt Disney ont été nommés marketers de l’année par Ad Age.

D’autres films ont réussi à se démarquer grâce à un marketing original et inventif. Ainsi, les Minions se sont associés à Amazon, qui offre leurs boîtes comme plateforme publicitaire. Après moins d’une semaine en salles, le film qui y était consacré était la franchise d’Universal la plus rentable depuis 100 ans. Enfin, le dernier James Bond, Spectre, a rassemblé une multitude de marques à son service, en publicité comme en placement de produit. 

6. Paris
Enfin, une mention spéciale à Paris, scène de quelques-uns des pires moments de l'actualité de 2015, mais aussi des plus grands élans de compassion, d'encouragement et d'entraide. Le 7 janvier, les journalistes et illustrateurs du journal Charlie Hebdo ont été victimes d'un attentat. Douze personnes sont mortes et quatre ont été blessées. Dès les premières heures suivant l'événement, le mot-clic #jesuischarlie a été partagé par des millions d'internautes, et les journaux internationaux ont affiché leur soutien, s'élevant contre cette attaque à la liberté d'expression. L'édition du Charlie Hebdo du 14 janvier, à laquelle ont travaillé les survivants de l'attaque, a été tirée à plus de trois millions d'exemplaires et traduite en 16 langues. 

Et le 13 novembre, plusieurs attaques simultanées ont frappé de nouveau les Parisiens. Au total, 130 personnes sont mortes et plus de 300 ont été blessées. De nouveau, le soutien est venu de partout. En signe de solidarité, l'image Peace for Paris a été relayée sur les réseaux sociaux à une vitesse fulgurante, les médias ont tous été solidaires, les publicitaires ont choisi de s'exprimer par la créativité sur Riposte.paris. Même Toys 'R' Us a arrêté de vendre des jouets représentant des armes à feu en France. 

comments powered by Disqus