La référence des professionnels
des communications et du design

Instagram, l’incomprise

Jean-Sébastien Lessard, président et chef des opérations de Nomad Logic, a récemment présenté une conférence à Las Vegas dans le cadre du rendez-vous Event Tech. Retour sur ses constats concernant la création de contenu sur Instagram. 

Intitulée Creating instagrammable branded content, le message de Jean-Sébastien Lessard était clair: «Instagram est un outil simple qui peut offrir une très grande portée, mais encore faut-il savoir l’utiliser.»

jean-sébastien lessard

Une étude de l’entreprise Forrester a récemment révélé que les publications Instagram génèrent en moyenne un taux d'engagement par abonné de 4,21%, soit 58 fois plus que sur Facebook et 120 fois plus que Twitter. Mais pour ce faire, certaines conditions s’appliquent. «Les marques qui connaissent et qui connaîtront du succès sur Instagram sont celles qui passeront par les consommateurs pour partager du contenu de marque.»

Comprendre la raison d’être
Alors que le commun des mortels comprend généralement bien aujourd’hui le fonctionnement des réseaux Facebook et Twitter, il en va autrement d’Instagram, que plusieurs considèrent simplement comme le nouveau venu à intégrer à toute campagne sur les réseaux sociaux.

«Nous développons depuis 15 ans des technologies pour les entreprises de marketing expérientiel et afin d'engager les consommateurs. Le constat est que c’est effectivement par les médias sociaux que les gens sont engagés en ligne. Mais si, dans le cas de Facebook et Twitter, il est possible de publier quelque chose sur la page d’un consommateur en son nom, ce n’est pas le cas d’Instagram, une application adaptée aux appareils mobiles. Il est ainsi nécessaire que l’information provienne de ces appareils. Le fonctionnement est simple, si les marques veulent un rayonnement, elles doivent avoir des consommateurs qui créent un contenu.»

«La beauté d’instagram, c’est quE chaque fois qu’un utilisateur publie, 800 abonnés en moyenne voient cette image.» 

Établir une stratégie adaptée
Afin d’inciter le consommateur à concevoir du contenu, les annonceurs doivent repenser l’approche traditionnelle dans laquelle ils pensent eux-mêmes la création. Car dans ce cas-ci, il faut que le contenu vienne du consommateur. Ainsi, la marque doit apprendre à l'influencer dans la création de contenu qu’implicitement, les autres partageront. Ce qui, selon Jean-Sébastien Lessard peut s'avérer assez simple. «Si l'on donne une raison au consommateur de publier une photo avec le mot-clic d’une marque (par un concours, en donnant ladite photo imprimée, etc.), il peut être assez simple de l’engager. Il faut simplement apprendre à adopter une stratégie centrée sur le consommateur (influencer et interagir) plutôt que sur la marque (capter et communiquer).»

Instagram, l’outil universel?
«La beauté d’Instagram, c’est que chaque fois qu’un utilisateur publie, 800 abonnés en moyenne voient cette image. Ça génère vite un effet boule de neige. Sauf qu’un annonceur ne pourra jamais le faire à la place du consommateur. Et pour engendrer des influenceurs, il faut créer des événements dans lesquels une action sera dirigée. » Et selon Jean-Sébastien Lessard, il est important de considérer que le bassin démographique d'Instagram est surtout composé de milléniaux. Il faut donc évaluer la stratégie à adopter et faire des choix, en fonction des objectifs.

comments powered by Disqus