La référence des professionnels
des communications et du design

Design et créativité: le pouvoir du projet personnel

À la suite de l'exposition Field Experiments présentée à l'espace 8 Queen de l'agence Sid Lee, Infopresse s'entretient avec Philippe Meunier, Karim Zariffa et Benjamin Harrison Bryant sur l'importance de créer hors du cadre. 

Partir à la recherche de la créativité
Karim Charlebois Zariffa (Montréal), Benjamin Harrison Bryant (New York) et Paul Markus Fuog (Melbourne) se sont rencontrés à Bali, en Indonésie, dans le cadre d'un stage avec le designer de renom Stefan Steigmeister. C'est d'ailleurs lui qui leur a inculqué l'importance de prendre du recul pour accorder du temps à des projets personnels. Inspirés par la culture de Bali, ils ont choisi d'y retourner pour réaliser un projet de recherche qui a donné naissance au collectif Field Experiments et à cette première exposition.

«Le but d’aller à Bali était de recommencer à neuf et de se détacher des idées et conceptions que nous avions déjà de notre pratique», explique Benjamin Harrison Bryant.

 

Les pièces de l'exposition sont toutes des explorations menées en collaboration avec des artisans ayant une pratique traditionnelle. «Nous avons travaillé avec eux sans leur imposer un mandat précis, mais plutôt en leur donnant une partie de l’idée afin qu'ils y apportent leur touche personnelle, indique Karim Zariffa-Charlebois. C’est une culture vivante et riche, et nous souhaitions la célébrer en lui donnant une autre vie grâce à cette collaboration.»

Il y a un an, Karim Zariffa-Charlebois, designer et réalisateur installé à Montréal, a discuté de Field Experiments avec Philippe Meunier - un projet de recherche réalisé à Bali avec Benjamin Harrison Bryant et Paul Markus Fuog. C'est ainsi que l'idée d'exposer au 8 Queen est née. Cela marque également un nouvel élan pour Sid Lee Collective.

Le nouveau départ de Sid Lee Collective
Sid Lee Collective a été fondé il y a six ans à l'ouverture du bureau d'Amsterdam dans le but de soutenir les créateurs de l'agence et leurs projets personnels. 

philippe meunier, sid lee

«Certains passaient me voir à mon bureau pour me parler de leurs projets et pour que je leur donne mon avis. Souvent, les idées étaient géniales, mais les créateurs manquaient de ressources pour les réaliser, raconte Philippe Meunier, chef de la création, associé principal et cofondateur de Sid Lee. Avec Sid Lee Collective, on souhaite amener une nouvelle énergie créative à Montréal, faire en sorte que les gens soit exposés à différents talents, artistes, musiciens, photographes ou illustrateurs. Tout cela nous influence dans notre quotidien.»

«Je crois que  les créatifs sont meilleurs lorsqu’ils sont inspirés et quand ils deviennent inspirants pour les autres.»

Pour Philippe Meunier, le rendement financier n'est pas important. Son rôle relève davantage du mécénat. «Notre rendement, c’est de permettre aux gens d'être plus ouverts, plus créatifs et surtout plus inspirés. Je crois que les créatifs sont meilleurs lorsqu’ils sont inspirés et quand ils deviennent inspirants pour les autres. C’est important pour nous que Montréal reste riche en valeur créative.»

L'importance des projets personnels
Karim Zariffa-Charlebois croit à l'importance de ce type d'initiative: «C’est le rêve de tout designer de prendre trois mois de congé et d’aller à Bali pour créer des projets spéciaux. C'est difficile de refuser des projets payés, de dire non à des clients, mais j’encourage tous les créatifs à se donner la chance de consacrer du temps à des projets personnels comme celui-ci. Quand on revient de ces voyages, c’est incroyable à quel point on est inspirés.»  

L’exposition était au Design week en 2014, à Montréal tout récemment, et fera probablement un arrêt à Melbourne en Australie.  

Le trio souhaite ensuite explorer un nouveau pays, une nouvelle ville et une nouvelle culture pour entamer la prochaine étape de sa démarche.

comments powered by Disqus