La référence des professionnels
des communications et du design

89,6% des Québécois recommandent une marque responsable

C’est ce que révèle le «Baromètre 2015» de l’Observatoire de la consommation responsable de l’ESG Uqam, dont la sixième édition paraissait mardi.

Depuis 2011, Cascades trône au palmarès de l’entreprise et de la marque perçues comme les plus responsables par les Québécois. Au chapitre des marques jugées les plus responsables, elle se retrouve donc devant Tide, Attitude, Bio-Vert et La Parisienne. Sur le plan des organisations, elle se classe devant Procter & Gamble, Canadian Tire, Desjardins et Walmart.

 

Les marques jugées responsables sont perçues comme crédibles et symboliques aux yeux des consommateurs. Parmi eux, 84,7% ont du respect pour celles-ci, 78,4% ont de l’admiration et 76,1% se sentent inspirés par elles.

Notons que les auteurs de l’étude demandent à leurs participants de mentionner spontanément une marque et une entreprise qu’ils perçoivent. Il s’avère difficile pour les Québécois d’identifier spontanément une entreprise (quatre personnes sur 10) ou une marque (une sur quatre) perçue comme responsable. Fabien Durif, directeur de l'OCR et professeur au département de marketing de l’ESG Uqam, estime que Cascades est loin d’être la seule entreprise avec un comportement responsable. Pour lui, la récurrence de ces résultats d’année en année est surtout le fruit d’un manque de communication des autres organisations: «C’est comme si la communication responsable des entreprises ne touchait pas les gens.»  

D’ailleurs, même si le niveau de confiance envers les organismes de certification (+13,4 points pour les certifications équitables; +12,9 pour les certifications environnementales) ainsi que le niveau de confiance envers les attributs des produits écoresponsables (+9,2 points pour les produits/services verts; +10,4 pour les biens équitables) a fortement augmenté dans la dernière année, le niveau de confiance envers les publicités environnementales (21,3%) et l’engagement des entreprises en matière de développement durable (18,8%) reste faible.

L’économie du partage a le vent dans les voiles
L’équipe du Baromètre a intégré pour la première fois le comportement de consommation collaborative à son indice de consommation responsable. «Nous pourrons ainsi suivre d’année en année l’évolution de ce comportement si important aujourd’hui pour l’économie traditionnelle», déclare Fabien Durif.

Un Québécois sur cinq a employé des plateformes web entre particuliers afin d’offrir des services à d’autres personnes comme le logement, le covoiturage, le cojardinage ou le financement participatif.

Les résultats démontrent que certaines pratiques connaissent un grand succès, notamment l’emploi de plateformes web entre particuliers (comme Kijiji ou LesPac) pour acheter, vendre, recevoir ou donner des objets usagés (44,9% des participants l’ont fait au cours des 12 derniers mois). Également, un Québécois sur cinq (19,3%) a recouru à des plateformes web entre particuliers afin d’offrir des services à d’autres personnes comme le logement, le covoiturage, le cojardinage ou le financement participatif. «Nous avons pu dresser le profil de ceux pratiquant le plus la consommation collaborative, soit les jeunes (près des deux tiers ont moins de 44 ans), le plus souvent des hommes, célibataires, locataires et essentiellement urbains (40% vivent à Montréal)», mentionne Fabien Durif.

Un autre élément à relever est la popularité croissante d’Airbnb et d’Uber. Ces 12 derniers mois, 9,4% des Québécois ont recouru à Airbnb et 7,5% à Uber. «Dans les deux cas, plus d’un utilisateur sur deux augmentera ces pratiques dans la prochaine année. Le secteur traditionnel doit prendre cela en considération.»

Face aux polémiques naissantes par rapport à l’économie du partage, les utilisateurs québécois de ces services ne les perçoivent pas comme illégaux (4,7% pour Airbnb et 13,6% pour Uber). De plus, ils ne sont pas favorables à une intervention des pouvoirs publics pour les réglementer (9,5% en accord pour Airbnb et 34,8% pour Uber).

L’étude complète peut être consultée sur le site web de l'organisation

comments powered by Disqus