La référence des professionnels
des communications et du design

Safety Check activé au Nigéria après un attentat

Mark Zuckerberg annonce que la fonctionnalité Safety Check s’étendra désormais pour toutes les catastrophes, naturelles et non naturelles. 

À la suite des attentats du 13 novembre à Paris, Facebook a activé la fonction Safety Check – contrôle d’absence de danger – permettant à plus de cinq millions de Parisiens de signaler à tout leur réseau qu’ils étaient en sécurité, en un clic. Cependant, le réseau social n’avait pas jugé nécessaire d’activer le même dispositif pour l’attentat ayant touché Beyrouth le 12 novembre, un jour avant les événements en France. Il avait pourtant causé 43 morts et 239 blessés. Des voix ont donc dénoncé cette différence, entre autres ce tweet d'un Français musulman, s'interrogeant sur cette différence de traitement, comme d'autres internautes.

«L'indignation mondiale est sélective. Beyrouth n'a pas eu le droit à un Safety Check de Facebook ou à un discours d'Obama. Triste, mais vrai.»

Devant la polémique, Mark Zuckerberg a réagi, en partageant ce message sur son propre mur Facebook: «Plusieurs personnes ont demandé avec raison pourquoi nous avions activé le Safety Check pour Paris, mais pas à Beyrouth ou à d'autres endroits», avant de promettre qu’il serait «aussi activé pour davantage de catastrophes humaines à l'avenir». À la suite de cette polémique, Facebook étendra cette fonctionnalité à toutes les catastrophes, naturelles et non naturelles.

Malheureusement, cette promesse a vite été mise à l’épreuve avec l’attentat touchant le Nigéria mardi soir, faisant plus de 30 morts et 80 blessés, dans la ville de Yola (bilan non définitif). Facebook a rapidement mis en place le Safety Check, procurant ainsi une information plus rapide et fiable aux proches des victimes. Mark Zuckerberg a annoncé mardi soir la mise en place du dispositif: «Nous avons de nouveau activé le Safety Check après l’attentat au Nigéria ce soir. Après les attaques de Paris, nous avons décidé de la déployer pour plus d’événements tragiques similaires.»

 

comments powered by Disqus