La référence des professionnels
des communications et du design

Se souvenir, une pièce à la fois

La Monnaie royale canadienne et Cossette ont lancé une campagne intégrée afin de présenter trois nouvelles pièces, à temps pour le jour du Souvenir.

Les nouvelles pièces sont inspirées du célèbre poème Au champ d’honneur (In Flanders Fields), écrit par John McCrae il y a 100 ans. 

Une pièce de deux dollars a été frappée en l’honneur du lieutenant-colonel John McCrae. D’une valeur de 25¢, les deux autres pièces présentent le coquelicot, symbole associé à la mémoire des combattants morts à la guerre, en versions colorée et non colorée. Les pièces font partie de la collection Canada 150.

«Au champ d’honneur est un des poèmes les plus reconnus de la Première Guerre mondiale et fait partie intégrante de la culture canadienne. Nous voulions souligner son 100e anniversaire en créant une pièce en l’honneur de John McCrae, auteur et grand bâtisseur de notre pays, mentionne Paul Boult, directeur, image de marque et campagnes de marketing, de la Monnaie royale canadienne. Son lancement est l’occasion de rappeler à quel point les soldats ont fait et font toujours des sacrifices. Novembre est le moment idéal pour exprimer notre reconnaissance, surtout à l’occasion du jour du Souvenir.»

Pour cette campagne, Cossette a conçu un message télévisé de 30 secondes citant des extraits du poème. Des bannières web, des publications de médias sociaux et du marketing direct ont aussi été mis à contribution, et un microsite a été consacré à l'initiative.

De plus, la Monnaie royale canadienne et Cossette ont réalisé une vaste opération dans les médias sociaux afin d’inviter les Canadiens à produire une vidéo d’eux-mêmes, d’amis ou de proches récitant le poème. Des participants de partout au pays seront sélectionnés pour figurer dans un montage vidéo publié en novembre sur la page Facebook de la Monnaie royale canadienne.

Annonceur: Monnaie royale canadienne
Agence: Cossette
Médias: Cossette Média
Maison de production: La Cavalerie

comments powered by Disqus