La référence des professionnels
des communications et du design

Annonceurs: baisse de la confiance envers les agences médias

L’Association canadienne des annonceurs (ACA) vient de dévoiler le 10e rapport de son Panel des annonceurs dans lequel il est question du niveau de confiance des marketeurs canadiens envers leurs agences médias et de leurs préoccupations les plus importantes.

Devant l’impact des technologies numériques sur l'industrie, l’ACA a voulu savoir comment réagissent les responsables canadiens du marketing.

Selon le sondage Points de vue marketing d'octobre, le marché canadien accuse un certain retard sur le reste du monde par rapport à l’adoption du marketing numérique, même si un rattrapage rapide à cet égard s'effectue actuellement. 

Les inquiétudes des responsables du marketing au sujet du manque de transparence des transactions médias internet et le nombre sans précédent de recherches d’agence en cours pourraient expliquer pourquoi 26% des participants canadiens sont «moins ou quelque peu moins confiants» (par rapport à l'an dernier) que leurs agences médias peuvent leur offrir une qualité optimale de service. Les marketeurs canadiens sont également moins nombreux à être «plus ou quelque plus confiants» face à la même question (29% au pays et 46% à l'échelle mondiale).

Comparativement à leurs collègues internationaux, les annonceurs canadiens semblent moins inquiets de l’effet négatif des faux clics et d’une visibilité inadéquate sur leur marketing numérique. 56% des participants ont tout de même affirmé que les faux clics et les problèmes de visibilité affectaient un peu ou grandement leurs activités marketing en ligne, un chiffre qui grimpe à 70% à l'échelle globale. Le rapport indique cependant que le marché canadien des annonces en ligne est moins développé qu’ailleurs dans le monde (le taux d’adoption des achats programmatiques des campagnes en ligne au Canada serait en retard de 12 mois par rapport aux États-Unis, selon eMarketer).

Le rapport souligne aussi que, comparativement à leurs collègues internationaux, les annonceurs canadiens font moins appel à des spécialistes extérieurs pour optimiser leurs performances en marketing numérique. Cela dit, lorsqu’ils le font, ils recherchent les mêmes compétences de ces fournisseurs. Lorsqu’on leur demande de classer les défis auxquels ils sont confrontés, comme leurs collègues internationaux, les annonceurs canadiens accordent le plus d’importance à surmonter les contraintes financières, à démontrer le rendement obtenu et à l’exploitation des données sur les consommateurs (big data).

comments powered by Disqus