La référence des professionnels
des communications et du design

L’illusion de la majorité sur les réseaux sociaux

MIT Technology Review dévoile le résumé d’une étude menée sur l’illusion de la majorité, ou comment les réseaux sociaux peuvent parfois déformer la perception du monde.

Menée par Kristina Lerman de l’Université de Californie du Sud, cette étude s’intéresse à la différence de viralité de certains contenus par rapport à d’autres. Elle se penche sur «l’illusion de la majorité», c’est-à-dire comment les réseaux sociaux peuvent déformer notre perception du monde, en laissant penser que la majorité des gens partagent une opinion, alors qu’en réalité, cette opinion est plus rare.

Cette illusion dépend des personnes qui partagent une idée ou un avis sur les réseaux sociaux ainsi que de leurs connexions. Un individu avec peu de connexions possédera un pouvoir de viralité très limité. À l’inverse, quand quelqu'un avec beaucoup de connexions, un «influencerati» comme cité dans l’étude, partage un contenu similaire, celui-ci se propagera logiquement plus vite. La particularité de ce système est que même si le nombre d’influenceurs est petit, l’effet d’entraînement peut être massif.

Pour illustrer ce phénomène, l’étude repose sur un panel de 14 personnes. Trois possèdent un très grand nombre de connexions et sont donc connectés avec l’ensemble. Si les trois partagent le même contenu, au même moment, alors «il semble tout d’un coup que tout le monde en parle».

Ce principe constitue l’illusion de majorité développée par la chercheuse Kristina Lerman. Une opinion partagée par quelques influenceurs aura un impact si fort qu’il représentera la majorité. Pour simplifier ce concept, l’enquête utilise l’exemple de la moyenne de taille entre les gens. Si la plupart des personnes mesurent de 1m70 à 1m80, mais qu’une personne mesure plus de 20m, alors la notion de «moyenne» est complètement biaisée et ne représente pas la réelle tendance globale. C’est ce qui se passe avec les «influencerati» et leur grand nombre de connexions: ils biaisent l’opinion générale.  

Sur cette image, les points blancs représentent des personnes lambda et les points rouges des «influencerati». Sur l’exemple de gauche, les points blancs voient plus de la moitié de leurs contenus venant du rouge, du fait de leur grand nombre de connexions. Ainsi, lorsqu’ils partagent un même contenu, celui-ci est très présent dans le réseau général et donne l’impression d’un sentiment commun tandis qu’en réalité, il n’est partagé que par trois personnes.

En conclusion de cette recherche, les auteurs déclarent ceci: «L’illusion de la majorité peut être utilisée pour piéger la population en faisant croire quelque chose qui n’est pas vraie. Sous certaines conditions, même une opinion minoritaire peut paraître extrêmement populaire localement. C’est important, mais ce n’est pas encore un principe de marketing. Pour cela, les publicitaires doivent d’abord identifier les «influencerati» qui peuvent créer l’illusion de majorité pour un auditoire précis.»


Pour lire l'article, suivez ce lien. 

comments powered by Disqus