La référence des professionnels
des communications et du design

Carle Coppens sera le président du jury Créa 2016

Récompenser l'ingéniosité et la minutie: voilà ce que souhaite le vice-président et directeur de création de Brad pour cette 11e édition du concours.

Nous allons faire peu d’heureux et beaucoup de mécontents.

Que représente pour vous la présidence de ce concours?
Beaucoup de fierté et le sentiment qu’on reconnaît le travail de notre équipe ces dernières années. Je suis flatté qu’on me confie le mandat de réunir le jury auquel reviendra la tâche, forcément partiale, de récompenser les meilleures campagnes de l’année au Québec. C’est surtout l’occasion de rassembler des passionnés de publicité, des gens de bonne foi, capables d’exprimer leur opinion et de la défendre dans une atmosphère de respect. Nous allons faire peu d’heureux et beaucoup de mécontents. C’est d’ailleurs l’unique promesse que je suis certain de tenir quant aux résultats! 

carle coppens

En 2016, que signifie le concours Créa pour l'industrie?
Créa, ce sont des pubs qu’on a envie de voir et d’entendre, ce qui est déjà beaucoup à l’époque des bloqueurs publicitaires et de tous les autres moyens d’évitement dont dispose maintenant le public. Il est sans doute là le véritable défi de notre industrie: trouver les moyens de rester pertinent, alors que le contenu prolifère et qu’il est plus facile que jamais de ne pas subir la publicité.

Tout le monde le sait, nous sommes lancés dans une compétition féroce pour l’attention. On parle énormément de fragmentation de l’auditoire et de multiplication des plateformes. Toutefois, au final, peu importe le contexte dans lequel nos créations sont reçues, l’intérêt du public représente la valeur ajoutée que nous avons l’obligation d’offrir aux entreprises et aux marques qui nous payent pour promouvoir leurs produits et services. Créa est une fenêtre ouverte sur les solutions créatives que certaines des meilleures têtes de notre industrie ont trouvées pour répondre à ce défi. 

À la base, la publicité est un artisanat.

Quelle est votre vision pour cette 11e édition? 
Je souhaite qu’on récompense l’ingéniosité et la minutie apportées à leur travail par ceux qui pratiquent ce métier. À la base, la publicité est un artisanat, un artisanat diffusé par des moyens de masse, bien sûr, mais le processus de création reste, selon moi, très proche de celui d’un véritable fabricant. Le concours Créa est ce moment de l’année où le jury peut discuter pendant des heures du rythme d’une réplique dans une pub radio ou de la force d’une ombre portée dans un visuel. Ce sont des détails, mais de la conception au rendu final, le soin porté à l’ensemble de ces détails, c’est le cœur de notre métier. 

Quels types de campagnes souhaitez-vous voir récompenser cette année? 
Je n’ai honnêtement aucun a priori sur le type de campagne qui devrait gagner. Ce peut être autant des pièces à la séduction immédiate que d’autres qui exigent plus d’efforts pour être appréciées. Il reste qu'elles devront provoquer une réaction chez le public un peu particulier qu’est un jury composé de créatifs. Bien entendu, il faut tenir compte du contexte dans lequel les pièces sont conçues, mais au-delà de l’ampleur de la campagne, une bonne idée demeure une bonne idée, et Créa est l’occasion de célébrer celles qui nous semblent avoir le plus d’impact. Un jury peut être séduit aussi bien par un point de vue inédit apporté en réponse à un brief que l’on a vu 1000 fois que par une innovation technologique qui bouleverse la catégorie d’un annonceur. Tout est dans la manière.

Pour ce Créa 2016, je souhaite surtout que les délibérations soient ouvertes et animées, et qu’on accouche d’un palmarès dont chacun des membres du jury pourra être fier.

comments powered by Disqus