La référence des professionnels
des communications et du design

Pierre Delagrave: «Les jeunes ont la liberté de réaliser ce qu'ils veulent»

L'initiateur du Fonds Pierre-Delagrave, qui souligne 40 ans de carrière chez Cossette, porte un regard confiant sur la relève.  

pierre delagrave

Le Fonds encourage la création de projets porteurs en innovations marketing. Comment reste-t-on innovant en marketing en 2015? Aujourd'hui, je vois de nombreuses entreprises émerger avec l'objectif de trouver des solutions à des problèmes concrets. Je consulte d'ailleurs couramment celles hébergées dans le Cossette Lab et j'y constate à quel point leurs projets sont porteurs et innovants.

Pour être innovant, il faut observer les tendances et, surtout, répondre à des besoins existants grâce aux nouvelles technologies.

Pour être innovant, il faut observer les tendances et, surtout, répondre à des besoins existants grâce aux nouvelles technologies. Par exemple, tout le monde sait qu'il y a énormément de problèmes actuellement avec notre système de santé au Québec. De là la nécessité que chacun prenne en charge sa santé. Donc, nous avons mis sur pied en 2014 l'Observatoire santé et nous avons décidé d'héberger des entreprises en démarrage dans ce domaine. L’Observatoire santé produit et diffuse des observations sur les plus récents travaux de recherche en lien avec l’apport de la technologie dans la santé. Nous avons aussi créé un blogue sur le sujet.

On parle beaucoup de la relève, de la nouvelle génération, de sa place grandissante sur le marché du travail. Comment vieillit-on dans le milieu des communications et du marketing?
Je crois que dans toute entreprise, il faut un mélange de jeunesse et d'expérience. J'aime toujours travailler avec les jeunes, car ils apportent de nouvelles perspectives et possèdent encore cette audace empreinte de naïveté. Cela dit, parfois, les jeunes ne voient pas à quel point ils ont la chance d'évoluer à une période où les possibilités sont multiples et où ils ont l'entière liberté de réaliser ce qu'ils veulent. 

Les jeunes ne VOIENT pas à quel point ils ont la chance d'évoluer à une période où ils ont l'entière liberté de réaliser ce qu'ils veulent.

À 25 ou à 55 ans, la seule façon de continuer d'évoluer dans ce milieu est de rester toujours curieux intellectuellement: lire, apprendre, rencontrer des gens, assister à des conférences, etc. Si vous ne l'êtes pas, la vague sera difficile à rattraper, surtout dans un environnement ultrarapide. La beauté de la chose, c'est qu'en vieillissant, notre rôle change, on s'améliore et l'on tente de former la relève. D'ailleurs, j'ai vu plusieurs jeunes qui ont évolué au sein de Cossette et qui sont devenus des chefs de file de l'industrie. Pensons à notre présidente actuelle, Mélanie Dunn.

Vous dites que l’environnement évolue vite. Comment, selon vous, l’industrie des médias a-t-elle changé? Est-il encore pertinent, par exemple, d’établir des frontières entre médias traditionnels et numériques? 
Je crois qu'il n'existe plus de frontières en le numérique et le traditionnel; toute la stratégie doit être pensée en un tout. Nous avons maintenant le pouvoir de communiquer tout le temps et nous devons en tirer profit, surtout avec les téléphones intelligents. À ce sujet, nous avons récemment créé un blogue, qui répertorie les nouvelles les plus populaires concernant la mobilité.

comments powered by Disqus