La référence des professionnels
des communications et du design

Un jour sombre pour le commerce de détail canadien

On apprenait jeudi matin que la chaîne Target fermera ses magasins au pays; en après-midi, c’était au tour de Sony de faire une annonce semblable.

Au total, plus de 17 000 emplois seront perdus.

Après 24 mois d’activité au Canada, les 133 magasins Target fermeront donc partout au pays. L’entreprise compte se placer à l’abri de ses créanciers

La chaîne avait investi massivement lors de son arrivée ici – en rachetant notamment les baux des magasins Zellers et en rénovant ses locaux –, mais son implantation avait été décevante. Plusieurs médias avaient entre autres fait état d'une gestion des stocks déficiente, d'une mauvaise adaptation aux spécificités du marché et de l'incapacité du détaillant à livrer la même expérience client qu'aux États-Unis.

Le chef de la direction de Target Corporation, Brian Cornell, s’est prononcé sur cette mesure: «Après un examen approfondi de nos performances canadiennes et mûres réflexions, nous avons été incapables de trouver un scénario réaliste qui créerait la rentabilité avant 2021. Personnellement, ce fut une décision très difficile, mais c’est la bonne pour notre entreprise.»

Target emploie 17 600 personnes au Canada. Ses succursales demeureront ouvertes pour une période de liquidation.

L’agence de communication pour Target au Canada était Kbs+; Carat assurait la part média du mandat, alors que National et Veritas se partageaient les relations publiques de l’entreprise ici, la première au Québec, l'autre dans le reste du pays.

Quant à Sony, la fermeture de ses 14 succursales au pays entraînera 90 pertes d’emplois. La société d'électronique exploitait des magasins à Montréal, Québec, Ottawa, Toronto, Vancouver et Calgary.

Sony a indiqué qu’elle encourageait les Canadiens à se procurer ses produits chez les détaillants vendant les articles de la marque, en ligne ou par téléphone.

Après la fermeture des chaînes Jacob, Smart Set et Mexx, il s’agit d’un autre coup dur pour l’industrie du commerce de détail au Canada depuis l'automne. 

comments powered by Disqus