La référence des professionnels
des communications et du design

Procter & Gamble: le grand ménage

D'ici deux ans, le fabricant abandonnera, vendra ou fusionnera jusqu'à 100 de ses marques, en vue d'adopter une nouvelle structure.

Sans spécifier quelles marques seront éliminées, Alan G. Lafley, président et chef de la direction de P&G, a annoncé cette cure minceur.

L'objectif: concentrer les activités de P&G sur les 70 à 80 marques qui génèrent 95% de ses profits pour assouplir l'organisation, en plus de faciliter la gestion, les décisions et les opérations. Les marques conservées seront regroupées en une douzaine d'unités d'affaires distinctes. 

«On le constate dans plusieurs de nos catégories: le consommateur ne veut pas plus de choix, il désire plus d'efficacité, a affirmé Alan G. Lafley lors d'une entrevue accordée à Marketing Week. Plusieurs études ont d'ailleurs démontré qu'une plus grosse offre n'entraîne pas de meilleures ventes, et cela ne crée surtout pas plus de valeur pour le client.»

Il a également indiqué que le volet marketing de l'entreprise profitera de cette restructuration, puisque les efforts pourront être consacrés à un nombre réduit de marques. Des compressions de postes sont néanmoins envisagées à ce chapitre, de même qu'une certaine restructuration du côté des agences attitrées. 

S'il semble que P&G vendra essentiellement des marques peu connues, certaines, plus notoires, pourraient prendre la porte si l'entreprise juge que leurs catégories n'est pas promise à un bel avenir. Certains analystes avancent que Duracell, Salon & Dax, Braun, Ivory et même CoverGirl, des marques pourtant très populaires, pourraient même être vendues.

comments powered by Disqus