La référence des professionnels
des communications et du design

Télévision et médias numériques: six tendances à surveiller

L’équipe de veille stratégique du Fonds des médias du Canada fait état des défis et possibilités liés à l’évolution du marché canadien de la télévision et des médias numériques dans son rapport de mi-année sur les tendances du marché.

Le comportement des utilisateurs actuels est caractérisé par le désir d’obtenir un contrôle, un choix et une mobilité accrus. Selon le rapport, les habitudes de visionnement de l’auditoire seront orientées par des outils de recommandation (comme les médias sociaux et les algorithmes), la curation de contenus et les services d’autoagrégation. Le scénario d’un marché audiovisuel entièrement en ligne est donc de plus en plus plausible. Cela résultera en la perte de contrôle de la curation de l’expérience télévisuelle et de l’exclusivité de la diffusion auprès des auditoires locaux par les «joueurs traditionnels» de l’industrie de la télédiffusion. Le défi de l’industrie canadienne sera de se démarquer dans un monde audiovisuel ouvert, mondialisé et exclusivement en ligne. Le Fonds soulève dans son rapport six tendances principales à surveiller:

1) Toujours connecté: quand le virtuel rejoint le réel
Alors que l’hyperconnectivité et l’interactivité deviennent une nouvelle norme, on assiste à l’émergence, en parallèle, d’une nouvelle «verticale» majeure: la réalité virtuelle, qui demandera une période d’apprentissage accrue, mais qui présente un potentiel intéressant pour la nouvelle création de contenu.

2) Convergence des écrans: accès illimité au contenu
Élaborer un système pour débloquer des contenus partagés sur les réseaux de type «torrent» est d’autant plus nécessaire pour assurer la monétisation et une juste rémunération pour les réseaux qui détiennent les droits, tout en répondant à un besoin grandissant du public. Assister à des alliances entre diffuseurs de contenu «premium» et des fournisseurs de services vidéo en ligne est de plus en plus probable (comme celle de HBO et d'Amazon Prime). Cela résulterait en plus de choix et une meilleure accessibilité au contenu pour les consommateurs, tout en favorisant les alliances entre services de télévision et diffuseurs par câble.

3) Transmédia: des productions originales partout
Des joueurs comme Netflix et Amazon ont acquis de la crédibilité en tant que commissaires de contenu de télévision «premium», et de nouveaux joueurs comme Microsoft et Sony entrent dans le domaine. Ils attirent l’attention des consommateurs et les retiennent sur le web. Plusieurs défis sont liés à cette tendance. Par contre, les producteurs canadiens pourraient en tirer profit en trouvant de nouveaux clients en recevant des commandes de Netflix ou d’autres fournisseurs de TPC, ou encore en leur vendant des productions originales.  

4) La force du nombre: quand les auditoires deviennent créateurs, investisseurs et diffuseurs
L’«économie du like» désigne une nouvelle réalité où la mise en marché des produits - incluant les artistes et les contenus - repose de plus en plus sur le pouvoir des médias sociaux, des partages et des like des utilisateurs. Bien que cela entraîne une perte de contrôle sur le message de marque, la popularité des émissions et les stratégies de croissance de l’auditoire, et nécessite des délais de production très courts, la participation de l’auditoire dès les premières étapes du développement de projet augmente les taux d’adoption et les occasions de marketing, tout en permettant d'élaborer des projets correspondant aux goûts et aux préférences de l’auditoire.

5) Monétisation: le modèle de l’abonnement - s’inspirer de l’industrie de la musique
L’industrie musicale a élevé l’accessibilité, la découverte et la personnalisation au rang de services essentiels, comme l’ont montré des services populaires tels que Pandora, Spotify et Rdio. Ils sont des exemples de ce qui pourrait devenir un environnement extrêmement riche, où le contenu proviendrait de toutes les sources possibles, sans qu’il soit nécessaire de négocier des droits de diffusion au-delà de l’utilisation effective. Même si ce modèle est très critiqué parce qu’il résulte entre autres en le déclin de la reconnaissance de marque et la multiplication des intermédiaires de la chaîne de diffusion, il peut être aussi synonyme de nouvelles sources de revenus et montre, par le nombre d’abonnés à des services de musique, qu’il y a une ouverture du marché pour les services de diffusion de contenus multiples.

6) David contre Goliath: le nouveau créneau de marché est le monde
Une saisissante vague d’acquisitions et de partenariats (comme la prise de contrôle par Google et Facebook de Nest et WhatsApp) montre que même les «grands» doivent assurer leur compétitivité par des alliances. Ils doivent aussi innover s’ils veulent maintenir leur leadership en production et en diffusion de contenu  La perte de contrôle sur les marchés locaux est un défi à prévoir, alors que les auditoires canadiens sont maintenant ciblés par une pléiade de chaînes YouTube. Cependant, ces mêmes tendances démontrent que les «petits» joueurs qui se diffusent eux-mêmes peuvent aussi devenirs très gros en rejoignant les auditoires mondiaux grâce aux plateformes de vidéo ouvertes. L’accessibilité à un large auditoire en ligne est à la portée de tous.

Pour accéder au rapport, suivre ce lien.

comments powered by Disqus