La référence des professionnels
des communications et du design

Les festivals québécois en chiffres

Le Portrait des revenus des membres de Festivals et Événements Québec, réalisé récemment, démontre l'importance économique et culturelle de cette industrie.

L'étude révèle d'abord les sources de revenus des festivals; la commandite en est la principale et elle finance en moyenne plus de 30% de ces événements. À titre comparatif, une étude internationale de Festudy démontre qu'elle ne représente que 14% des festivals européens et 9% des festivals français. 

Les subventions constituent 26,4% des revenus, dont 50% viennent du gouvernement québécois par différents ministères. Tourisme Québec a d'ailleurs augmenté sa participation ces dernières années, passant de 12,5 millions$ en 2011-2012 à 17,5 millions$ en 2013-2014. Les subventions fédérales, elles, ne représentent que 6% du revenu des festivals québécois. Rappelons que, en moyenne, les festivals s'autofinancent à 74%.

Le portrait révèle ensuite l'importance de ces événements dans le paysage économique et culturel québécois. Notamment, ils génèrent un chiffre d'affaires annuel global d'environ 300 millions$.

En 2011, un sondage réalisé par TNS sur un échantillon de 5000 individus indiquait que 88% des Québécois avaient participé à un festival durant les deux années précédentes. 

«Les festivals et événements sont non seulement un moteur économique dans toutes les régions du Québec, ils représentent les canalisateurs par excellence de notre unicité, reconnue comme un emblème de notre destination», mentionne Pierre-Paul Leduc, directeur général de Festivals et Événements Québec.

En plus de générer des retombées substantielles à tous les niveaux, les festivals sont un excellent investissement puisqu'ils créent de la nouveauté chaque année. «Afin de poursuivre leur croissance et même d'augmenter leur performance, l'industrie doit continuer de se mobiliser. Tourisme Québec doit maintenir les sommes annoncées et le gouvernement fédéral doit réinvestir pour faire sa juste part».

comments powered by Disqus