La référence des professionnels
des communications et du design

La programmation: des Lego pour adulte?

Baignant dans la technologie depuis leur naissance, les jeunes apprennent de plus en plus à programmer, et ils chercheront de plus à plus personnaliser à leur consommation, notamment en piratant leurs produits. 

Tel que le souligne le dernier rapport Microsoft Digital Trendsla connaissance des technologies numériques devient une habileté fondamentale, particulièrement chez les jeunes. En effet, 37% des consommateurs canadiens en ligne exprimeraient le désir d'en apprendre davantage sur la façon de fabriquer ou d'adapter leurs propres appareils et services numériques, bien que seulement 15% d'entre s'y adonneraient vraiment. Et 34% des Canadiens s'attendent à ce que les marques fassent preuve d'ouverture et leur permettent de créer un nouveau produit ou service en utilisant la conception et les fonctionnalités originales de la marque. 

«Pour moi, la programmation est un peu comme le dessin ou les esquisses, ou peut-être même plus comme des Lego pour adultes, explique un des participants de l'étude. C'est une chose avec laquelle j'aime jouer, construire et même produire des créations qui prennent vie.»

«À long terme, les marques devront accorder une attention toute particulière à la génération «Moi» (individus nés après 2002), ajoute-t-on dans le rapport. Ces jeunes exigeront de la personnalisation et s'attendront à programmer ou à restructurer les produits eux-mêmes.»

Pour Microsoft, face à cette démocratisation du savoir technologique, à la montée en force des «laboratoires ouverts», où les gens se rencontrent et collaborent à des projets numériques, et à la prolifération des imprimeurs 3D, les marques ont donc tout intérêt à embrasser le mouvement et à faire preuve d'ouverture. «Les marques technologiques offraient des trousses de «création» avec leurs produits pour aider aussi bien les novices que les experts à adapter, à pirater et à modifier les produits comme bon leur semble, ajoutent les auteurs du rapport. Ou, si nous étions tous des cocréateurs indépendants, nous n'aurions plus à attendre que les marques offrent des solutions qui répondent à nos besoins particuliers. Nous aurions à notre disposition les éléments de base et les plans pour bâtir exactement ce que nous désirons, quand nous le désirons, passant ainsi de la banalisation à la personnalisation.»

S'inscrivant en plein dans cette tendance, on note aussi que les consommateurs s'orientent de plus en plus vers les plateformes privées, locales, personnelles et approfondies plutôt que vers les grandes plateformes tout-en-un. Ainsi, 32% des Canadiens en ligne utiliseraient des réseaux sociaux spécialisés consacrés à leurs besoins précis et préfèrent de telles expériences à des services plus généraux. 32% souhaitent également créer leur propre «village virtuel» de réseaux personnels et de services, et 44% des Canadiens seraient plus susceptibles d'interagir avec des marques lorsqu'ils utilisent des services numériques de créneau propres à leurs champs d'intérêt et à leurs besoins.

Pour accéder au rapport de Microsoft, cliquez ici.

comments powered by Disqus