La référence des professionnels
des communications et du design

Compressions à Radio-Canada/CBC

La société d'État a dévoilé son budget 2014-2015, annonçant de nouvelles compressions de 130 millions$. 

D'ici deux ans, 657 emplois seront supprimés. Au sein du réseau de langue française, 312 postes seront abolis, dont 230 cette année. Le manque à gagner est de 44,2 millions$ sur deux ans. 

Ces mesures affecteront particulièrement les services des sports, tant en français qu'en anglais. Moins d'événements seront couverts, et la participation de Radio-Canada/CBC aux sports amateurs sera réduite, bien que la couverture d'événements d'importance nationale, comme les Jeux olympiques et la Coupe du monde de soccer, sera maintenue.

De plus, la portion des investissements consacrés à la programmation de jour sera considérablement réduite afin d'épargner sa programmation en heures de pointe. Radio-Canada a notamment annoncé que l'émission Alors on jase! ne sera pas de retour. 

Au chapitre des ventes publicitaires, Radio-Canada et CBC consolideront leurs groupes revenus et présenteront une offre publicitaire multiplateforme pancanadienne. 

À cet égard, mentionnons que l'Association canadienne des annonceurs (ACA) et le Conseil canadien des directeurs médias ont réclamé, lors de leur comparution devant le Comité sénatorial permanent des transports et des communications cette semaine, le maintien de la publicité à Radio-Canada, en faisant valoir l'importance des revenus publicitaires pour la société d'État.

«Au Canada, la publicité représente le principal soutien financier de notre système de radiodiffusion et nous estimons que Radio-Canada/CBC doit continuer de jouer un rôle important pour les agences de publicité et leurs clients, a déclaré Bob Reaume, vice-président, politiques et recherche de l'ACA. Radio-Canada/CBC constitue un concurrent essentiel qui permet de stabiliser les prix dans un marché où l'on compte déjà un nombre restreint de joueurs.»

Notons que Radio-Canada/CBC fait face à des défis financiers découlant de l'affaiblissement du marché publicitaire dans toute l'industrie, du rendement de la grille de CBC Television inférieur aux prévisions dans certains groupes démographiques clés, des revenus publicitaires beaucoup moins élevés que prévu pour Espace musique et CBC Radio 2, ainsi que de la décision de la Ligue nationale de hockey de se tourner vers un seul radiodiffuseur exclusif. 

Ces réductions s'ajoutent à des pressions financières importantes absorbées depuis 2008-2009, attribuables en partie aux mesures liées au Plan d'action pour la réduction du déficit et à l'élimination du Fonds pour l'amélioration de la programmation locale.

comments powered by Disqus