La référence des professionnels
des communications et du design

Damien Lefebvre: «On remarque une plus grande maîtrise du numérique»

Il a présidé le jury de cette édition du concours Boomerang et était responsable d'en définir les orientations; Infopresse s'entretient avec Damien Lefebvre, coprésident de W.illi.am/, sur les grandes lignes des délibérations. 

Comment avez-vous orienté les délibérations du jury ?
Les Grands Prix ont été décernés à des projets qui, au-delà de la création et de la qualité du concept, peuvent servir de référence pour l’industrie selon les catégories. Le jury s’est entendu sur le fait que c’est ce qu’un Grand Prix devrait être. C’était l’élément important de nos discussions, et c’est ce qui a fait la différence entre les Prix et les Grands Prix.

«ON REMARQUE UNE PLUS GRANDE MAÎTRISE DU NUMÉRIQUE.» 

Au-delà de cet impératif, nous avons surtout regardé la performance des initiatives, leurs résultats, leur caractère innovant et l’utilisation des technologies mises en œuvre. Au chapitre de la performance, nous avons bien pris le temps d’analyser les résultats en fonction des budgets et de l’industrie, afin de bien nous situer dans les chiffres. Sinon, le jury était très varié, composé de gens de sphères et de spécialités différentes ; nous avions ainsi une analyse complète des pièces à juger, ce qui nous a permis de bien saisir les subtilités qui accompagnent l’exercice. 

Que dit la cuvée 2014 sur l’industrie ?
On remarque une plus grande maîtrise et une utilisation accrue du numérique dans les projets de communication-marketing au Québec. Il y a un plus grand souci des plateformes mobiles, alors qu’une bonne partie des projets sont réalisés en design adaptatif. On constate que les médias sociaux sont exploités dans les tactiques, mais au-delà de ça, ils constituent aujourd’hui une composante naturelle de presque toutes les campagnes. De plus en plus, agences et annonceurs sont inventifs dans leur emploi du numérique, et les chiffres le prouvent.

«C’EST INSPIRANT DE CONSTATER QU’ON S'ATTARDE À CRÉER DES INITIATIVES UTILES POUR LEURS CIBLES.»

Un élément m’ayant beaucoup plu, c’est qu’une grande partie des projets récompensés ont un point en commun : ils ont été construits sur des insights solides découlant d’un gros effort de recherche quant aux besoins des utilisateurs. À ce chapitre, je crois qu’on s’est dépassé, cette année, on a vu des insights très forts, qui définissent en soi des projets. C’est inspirant de constater qu’on s'attarde à créer des initiatives utiles pour leurs cibles. Lorsque c’est le cas, les résultats sont au rendez-vous. 

Qu’est-ce qui a marqué cette édition ?
Avec ses six Grands Prix et le Grand Prix Boomerang, il est impossible de passer Watch Dogs Live sous silence. C’est un exemple de réussite en communication-marketing numérique qui fera école, une campagne vraiment intégrée et multiplateforme. Qu’on regarde du côté de la fidélisation, des campagnes en ligne et hors ligne, de l’application mobile, entre autres, il y a beaucoup de leçons pour l’industrie dans cette initiative. Stratégie, créativité, innovation ; tout y était, et les résultats le prouvent. 

Qu’auriez-vous aimé voir davantage ?
Des expérimentations avec les capteurs, des projets misant moins sur l’interface et plus sur l’intuitif. Avec l’émergence de l’internet des objets, toutefois, je suis persuadé qu’on verra ce type d’initiative dès l’an prochain ; c’est la direction que prend l’industrie, et ça aura des échos ici, sans doute. Une nouvelle ère s’ouvrira pour le concours Boomerang.

«J’AURAIS AUSSI AIMÉ VOIR DAVANTAGE DE PROJETS DE COMMERCE ÉLECTRONIQUE.»

J’aurais aussi aimé voir davantage de projets de commerce électronique. Il se fait actuellement de belles choses au Québec sur ce plan, de très beaux projets sont menés de front, et toutes sortes d’entreprises, établies ou émergentes, procurent une nouvelle dimension au monde des affaires, et j’aurais voulu voir davantage de leurs réalisations. 

La cuvée 2014 vous a-t-elle surpris d’une façon ou d’une autre ?
Ce qui m’a le plus surpris, c’est la créativité avec laquelle on a intégré les technologies dans certains projets. Ça m’a beaucoup plu de voir jusqu’où on est prêt à aller pour mener à bien un projet de communication-marketing numérique tout en y intégrant différentes technologies de façon créative, en innovant avec elles. Le Québec regorge d’ingéniosité, et il se fait des choses auxquelles on ne pense pas nécessairement, et c’est vraiment génial. On est de plus en plus à l’aise à jouer avec les technologies, à les inclure dans des projets de façon créative et à atteindre les objectifs d’affaires.•

 

Les 9 autres membres du jury
Damien Lefebvre s'est entendu avec 9 experts pour délivrer les différents prix du concours 2014: 

* Sylvain Amoros, président - Konversion
* Maxime St-Pierre, directeur mondial, mobile et nouveaux appareils - Nurun Montréal
* Patrick Gagné, consultant en stratégie numérique 
* Janine Hopkinson, directrice de création - Cossette
* Dominique Lebel, vice-président sénior et chef de la stratégie - Behaviour interactive
* Ciprian Rarau, fondateur - Ideas Place
* Alain Bastien, conseiller senior en expérience utilisateur - Ergoweb
* Guillaume Braun, fondateur et directeur de création - Akufen 
* Geneviève Lebrun, directrice principale - Transat tours

Photographie: Albert Zablit 

Retrouvez tous résultats de l'édition Boomerang 2014 sur le site du concours.

comments powered by Disqus