La référence des professionnels
des communications et du design

Les 5 «buzzwords» de 2014

On souhaite à certains une longue vie, mais d’autres mériteraient de disparaître en 2015. Infopresse a rassemblé les cinq mots qui ont dominé l'industrie cette année. 

Selfie

Si le selfie avait déjà décollé en 2013, 2014 l’a consacré comme phénomène mondial: on a même vu la prolifération d'un bâton pour faciliter les prises de photos. Cette année, nous avons eu droit au selfie des Oscars, à celui du singe, aux dangereux selfies du Tour de France et au selfie martien. Une année faste pour l'«autophoto».

Milléniaux/génération Y

Les membres de la génération Y ont de plus en plus de pouvoir d’achat et entrent massivement sur le marché du travail. Cela s’est ressenti cette année avec la déferlante d’études de marketing sur le sujet et le virage vers le contenu sur le plan publicitaire. Et vous, à quel point êtes-vous millenial?

Publicité native

La publicité native a brouillé les frontières et suscité le débat en 2014. Si certains, comme John Oliver, sont absolument contre, plusieurs y voient une nouvelle avenue pour toucher des consommateurs de plus en plus insensibles à la publicité traditionnelle. Elle devrait représenter d’ici trois ans des investissements de près de cinq milliards$ aux États-Unis et constituer 20% des achats médias sur internet avec des taux de croissance annuels de 20% à 50%.

Programmatique

Les investissements en programmatique atteindront 10,9 milliards$US aux États-Unis d’ici la fin de 2014 soit 62% de toute la publicité numérique du pays. Avec la télévision programmatique à nos portes, l’ironie est que seulement 23% des annonceurs savent ce qu’est la programmatique et l’utilisent. Et vous, savez-vous réellement ce qu'est la programmatique? Sinon, cette lecture vous éclairera. 

Économie du partage

Vous cherchez un hébergement? Airbnb. Vous vous déplacez? Lyft ou Uber. Ces entités ont supprimé les intermédiaires pour mettre en contact les citoyens et créer une nouvelle forme d’économie. Selon une récente étude de Nielsen, le marché de la location de biens de consommation atteint maintenant 26 milliards$ et force les entreprises à repenser à leurs propres relations clients. Est-ce la fin du capitalisme? C'est ce qu'avancent certains, dont Jeremy Rifkin dans son livre Zero Marginal Cost Society

comments powered by Disqus