La référence des professionnels
des communications et du design

Le «vendredi noir» prend de l’ampleur au Canada

Seulement 24% des Canadiens prévoient magasiner hors du pays (web compris) à l’occasion du «vendredi noir», révèle une étude d’Accenture. L’an dernier, ils étaient 60% à en avoir l’intention. 

Le Black Friday, lendemain de l'Action de grâces aux États-Unis, représente traditionnellement le coup d'envoi pour les achats des Fêtes. À l'approche de cet événement, Accenture a mené deux études sur les nouveaux comportements des consommateurs à cette période: l'une au Canada, l'autre aux États-Unis.

Premier pari réussi pour les détaillants canadiens

Les Canadiens comptent donc majoritairement rester sur le territoire pour magasiner le temps du vendredi noir de ce 28 novembre, ce qui n’était pas le cas en 2013. Cette large différence peut s’expliquer par la faiblesse du dollar canadien, mais aussi par l’augmentation des initiatives des détaillants au Canada.

En effet, à l’heure où cette fin de semaine gagne en importance ici, l’enjeu pour les commerçants est de retenir les clients au pays. Walmart, Amazon, La Baie, Best Buy et Future Shop ont entre autres annoncé d’importants soldes pour faire face à cette tendance. Ces détaillants, qui avaient pour habitude de maintenir des prix élevés jusqu'à Noël, espèrent ainsi concurrencer les nombreux magasins récemment ouverts à la frontière et les différentes plateformes web offrant des promotions. 

Un million de Canadiens fuiront les bureaux

IPG Media a également publié un sondage à ce sujet. Selon cette étude, environ un million de Canadiens se feront porter malades pour profiter des soldes du 28 novembre, tandis que 2,3 millions magasineront en ligne depuis leur lieu de travail. Ces statistiques renforcent l'idée que le vendredi noir remplace peu à peu le lendemain de Noël dans le coeur des Canadiens. Selon Accenture, cette tendance s'explique aussi par les intentions de la génération Y: 81% des 18-24 ans vont magasiner ce vendredi. 

De moins en moins de succès aux États-Unis

Aux États-Unis, la tendance n’est pas comparable. L’Association nationale des commerçants annonce que pour la troisième année d’affilée, le nombre d’Américains comptant profiter des soldes du «Black Friday» diminuera. L'organisation explique cette baisse par le fait que cette fin de semaine n'offre plus de réductions assez intéressantes à la vue de celles proposées toute l’année. En effet, les soldes apparaissent de plus en plus tôt et s'étalent sur des périodes de plus en plus longues, à l’image des promotions des grandes chaînes. L'étude américaine d’Accenture révèle ainsi que près de 20% des Américains considèrent que les meilleurs soldes des Fêtes se déroulent avant l'Action de grâces.  

Le boycott se développe 

Une vague de contestation contre les soldes prématurés du «Black Friday» se fait également entendre cette année aux États-Unis. Par exemple, des marques comme DSW, Costco et Nordstrom ont décidé de ne pas ouvrir leurs magasins le jour de l'Action de grâces. Elles considèrent que la tradition est trop importante pour que les employés ne profitent pas de leur famille en ce jour. DSW a également annoncé que ses portes n'ouvriraient pas avant 7h à l'occasion du «Black Friday». Plus révoltés encore, des internautes ont lancé un décompte des blessés et des personnes décédées en raison de la folie du vendredi noir en magasin. 

comments powered by Disqus