La référence des professionnels
des communications et du design

Grenoble, la ville française qui dit non aux publicités

La municipalité n’a pas renouvelé son contrat d’affichage et ne va pas organiser un appel d’offres. Elle prévoit planter des arbres et offrir des espaces d’expression publique plutôt que des publicités. 

Grenoble a récemment élu un nouveau maire, Éric Piolle, du Parti Europe Écologie-Les Verts. Celui-ci n’a pas reconduit le contrat de JCDecaux, qui offre de l’affichage extérieur. Ainsi, 326 panneaux seront retirés de janvier à avril 2015, ce qui totalisera 2051 mètres carrés d’espace. La municipalité compte plutôt planter près de 50 arbres.

«La municipalité choisit de libérer l’espace public grenoblois de la publicité en développant des espaces d’expression publique et en ne lançant pas de nouvel appel d’offres pour de l’affichage publicitaire», mentionne le maire.

Selon JCDecaux, la Ville se prive donc de six millions d'euros de revenus sur 10 ans, un chiffre que la municipalité remet en question. Selon elle, l’effondrement des prix publicitaires aurait fait passer les revenus de 600 000 euros par année à 150 000. Il restera tout de même des publicités sur les abribus de la ville, dont le contrat se termine en 2019.

comments powered by Disqus