La référence des professionnels
des communications et du design

Grande guignolée des médias: le nouveau visage de la pauvreté

Afin d’inciter les Québécois à se montrer encore généreux pour sa 14e édition, La grande guignolée des médias déploie une toute nouvelle campagne publicitaire conçue par Tam-Tam\TBWA.

L’offensive s’articule autour de la signature «Le visage de la pauvreté change». L’objectif est de montrer que personne n’est à l’abri et que tous les jours, nous croisons des gens dans le besoin, sans nous en rendre compte.

«Nous sommes extrêmement fiers de participer de nouveau à ce grand rassemblement, puis d’exprimer la réalité du nouveau visage de la pauvreté, indique François Canuel, vice-président, directeur général et leader client de Tam-Tam\TBWA. Menée en collaboration avec de précieux partenaires (Jet Films, Lamajeure, Slik), notre démarche créative propose une démonstration sensible, concrète et intimiste de la pauvreté d’aujourd’hui, bien différente des idées reçues en général.»

La campagne intégrée comprend de l’affichage et des médias imprimés. Des messages télé de 30 et 15 secondes dévoilent de façon concrète la nouvelle réalité de la pauvreté. On y voit une jeune mère qui subit les nombreuses conséquences néfastes d’une perte d’emploi pour elle et pour sa famille. Une version de 60 secondes, qui pousse la démonstration encore plus loin, est aussi déployée sur les réseaux sociaux. À la radio, le personnage lui-même prend la parole et lance le cri d’alarme.

La collecte de rue de La grande guignolée des médias se déroulera le jeudi 4 décembre prochain et comprendra 300 points de collecte. Les dons sont aussi acceptés jusqu’au 24 décembre dans de nombreux commerces ou par téléphone, en appelant TicketPro (1 866 908-9090 ou au 514 908-9090) et en ligne

Annonceur: La grande guignolée des médias - Denise Deveau, Isabelle Fafard
Agence: Tam-Tam\TBWA
Maison de production: Jet Films
Postproduction: Slik
Son: Studio Lamajeure
Musique: Alexandra Stréliski
Comédiens principaux: Joelle Paré-Beaulieu, Claude Lemieux

comments powered by Disqus