La référence des professionnels
des communications et du design

Vaste campagne de marketing pour le CH

Lancé mercredi matin, Club 1909 sera présenté aujourd'hui par le vice-président exécutif et chef de l’exploitation du Canadien de Montréal, Kevin Gilmore au RDV Commandite. Entretien avec un des architectes de la campagne, le publicitaire Justin Kingsley.

justin kingsley

Le nouveau programme de fidélisation Club 1909 est décliné sous le thème Unissons les fidèles et a notamment pour but de rallier les partisans du Canadien de Montréal, au Québec comme à l’extérieur de ses frontières.

«Lorsque nous avons commencé à travailler à la marque l’année dernière, nous devions réfléchir à ce qui la rendait unique, précise Justin Kingsley, qui jouait le rôle de directeur artistique pour cette campagne. Notre mission était de distinguer cette équipe des autres. Pensons au CH sur le chandail, qui fait référence au "club de hockey". En changeant une seule lettre, c’est devenu le "club du hockey", une signature qui veut traduire la portée, l’importance du Canadien et de ses exploits. Le CH, c’est comme les Yankees ou Manchester United; il s’agit d’une équipe légendaire qui compte des partisans partout dans le monde.»

Notre mission était de distinguer cette équipe des autres.

D’ailleurs, il s’agit de la deuxième mission de cette opération: donner aux partisans de l’équipe, où qu’ils se trouvent, une occasion de partager l’expérience de ceux présents au Centre Bell. «Le Club 1909 est une machine qui nous permet d’interagir avec nos partisans, qui s’approprient volontiers l’équipe et se comportent comme si elle leur appartenait, poursuit Justin Kingsley. C’est en constatant cela que l’idée m’est venue: donnons-leur ce qu’ils veulent. Et l’équipe de direction du Canadien, qu'il s'agisse de Geoff Molson [pdg du Groupe CH] ou de Kevin Gilmore [vice-président exécutif et chef de l’exploitation], est très ouverte à l’idée de faire les choses différemment.»

Voir apparaître son nom sur la glace du centre Bell, participer au «chant des glorieux», qui regroupera les voix des participants téléchargeant leur propre Go Habs go! en ligne – voilà quelques initiatives proposées. De plus, une carte de membre permettant d’accumuler des points en se procurant des produits vendus au Centre Bell (billets, produits dérivés, nourriture, etc.) ou en suivant l’équipe sur les réseaux sociaux est mise en circulation. Ces points leur permettent ensuite d’obtenir des récompenses.

le Canadien connaîtra mieux ses partisans, ces derniers auront l’occasion d’obtenir des récompenses, et les commanditaires pourront mieux communiquer avec les amateurs de hockey.

Justin Kingsley rappelle que le programme, qui comptait déjà 16 000 adhésions avant son lancement officiel et qui espère en regrouper un million d’ici deux ans, poursuivra son déploiement au fil du temps. «Nous travaillons déjà avec des partenaires et commanditaires éventuels avec qui nous trouvons des façons de faire croître la campagne. Tout le monde y gagne: le Canadien connaîtra mieux ses partisans, ces derniers auront l’occasion d’obtenir des récompenses, et les commanditaires pourront mieux communiquer avec les amateurs de hockey.»

Le lancement de Club 1909 s’accompagne de capsules virales sur le web mettant le comédien Jay Baruchel en vedette dans diverses situations loufoques liées au Canadien. Une campagne d’affichage à Montréal est également déployée.

Le Canadien avait-il besoin d’un petit vent de renouveau? «Ce n’est pas ainsi que je vois les choses. Ce que j’aime des gens du Canadien, c’est qu’ils se remettent en question et cherchent toujours à faire mieux. Si l'on ne gagne pas la coupe Stanley cette année, l'on essaie de la gagner l’année suivante. En communication, la seule chose qui compte, c’est d’innover, d’avancer, de s’améliorer», conclut Justin Kingsley. 

Rappelons que Kevin Gilmore, vice-président exécutif et chef de l’exploitation du Canadien de Montréal, abordera cette nouvelle campagne lors de son passage au RDV Commandite, organisé par Infopresse et le Commando Commandite, tenu aujourd'hui à l'Excentris, à Montréal.

comments powered by Disqus