La référence des professionnels
des communications et du design
Réglementation

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) permet à TV5 d'offrir un nouveau service de langue française; il a également rendu hier plusieurs décisions sur la distribution obligatoire en télé.

Après une décision en défaveur de la transaction en octobre dernier, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a approuvé la nouvelle demande de BCE.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a publié hier des dispositions réglementaires obligeant les radiodiffuseurs et distributeurs à contrôler l'intensité sonore des messages télévisés.

Dans le cadre des audiences sur les redevances, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) invite les Canadiens à se prononcer en ligne sur l'avenir de la télévision.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) exige une plus grande transparence des fournisseurs de services internet au sujet de leurs pratiques de gestion de l'achalandage internet.

Rouge Média a répondu par un communiqué à NewAd, qui s'oppose à l'adhésion de Rouge Campus et de Chapitre 66 au Bureau canadien d'évaluation de l'affichage extérieur (BCEAE).

NewAd s'oppose aux récentes demandes d'adhésion au Bureau canadien d'évaluation de l'affichage extérieur (BCEAE) émises par Rouge Média et Chapter 66, parce qu'elle juge que ces dernières agissent en violation des droits publicitaires exclusifs de NewAd.

L'Actra, l'Aca et l'Ica ont lancé un projet concernant la publicité audio et vidéo canadienne en ligne, une percée qualifiée d'exemplaire par le Bureau de la publicité interactive du Canada.

Dans les nouvelles politiques en matière de radiodiffusion annoncées hier en fin de journée, le CRTC a entre autres refusé la demande des télévisions généralistes de percevoir des frais d'abonnements.

Bianca Barbucci, présidente de l'Association du marketing relationnel (AMR), explique comment la liste nationale de numéros de télécommunication exclus que vient de permettre le CRTC changera le visage du marketing relationnel.

TQS et Remstar étaient de retour devant le CRTC hier, et les frères Rémillard ont répondu aux premières recommandations des commissaires en proposant la diffusion de nouvelles à l'intérieur des émissions du matin et du retour à la maison.

Alors que s'amorcent aujourd'hui les audiences du CRTC sur l'achat de TQS par Remstar, le Conseil des directeurs médias du Québec (CDMQ) fait savoir qu'il soutient cette transaction.

C'était au tour de Quebecor de défiler devant le CRTC hier dans le cadre des audiences sur l'avenir de la télévision, et Pierre Karl Péladeau s'est dit "choqué" que Radio-Canada demande à recevoir des revenus d'abonnement des câblodistributeurs pour ses chaînes généralistes.

Le CRTC ouvre aujourd'hui le débat à propos de nombreux aspects du modèle d'affaires de la télévision canadienne, lors d'audiences publiques que les observateurs décrivent comme sans précédent.

Pierre Karl Péladeau a fustigé hier le Fonds canadien de télévision et réitéré sa volonté de se retirer à titre de contributeur et de bénéficiaire de l'organisme de financement.

La nouvelle réglementation adoptée par le CRTC dans le but de limiter la concentration des médias au Québec reçoit un accueil mitigé des agences de placement médias et des annonceurs.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) entreprend aujourd'hui à Gatineau ses audiences publiques sur la "diversité des voix" dans les médias au Canada.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) va créer une liste nationale de numéros de téléphone pour les Canadiens qui ne souhaitent plus recevoir d'appels des télémarketeurs.

Les récriminations de Vidéotron et de Shaw semblent avoir été entendues par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), qui recommande des modifications permettant plus de financement aux émissions populaires et une injection de fonds pour les nouveaux médias.

Le gouvernement fédéral a rendu public son plan qui permettra la déréglementation de la téléphonie locale dans les marchés comptant au moins trois joueurs.

À la suite de la publication du rapport annuel du CRTC, TQS a réitéré sa demande d'autoriser un tarif d'abonnement pour les télédiffuseurs conventionnels privés.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) mettra sur pied l'automne prochain une instance pour étudier la question de la convergence chez les grands groupes de presse canadiens.

Les plaintes des consommateurs reçues par le bureau des Normes canadiennes de la publicité sont de nouveau à la baisse en 2006, l'organisme ayant enregistré une chute de 18% par rapport à 2005.

Le retrait de Quebecor du Fonds canadien de télévision (FCT) et la proposition de son PDG, Pierre Karl Péladeau, en début de semaine, semble avoir porté leurs fruits.

Le grand patron de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, a annoncé hier son désir de retirer entièrement les contributions de son entreprise du Fonds canadien de télévision (FCT) pour les consacrer à un fonds destiné à ses propres productions.

Le gouvernement fédéral devra prendre des mesures pour protéger l'industrie de la radiodiffusion face à la montée de nouvelles plateformes de diffusion, affirme un rapport du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) publié la semaine dernière.

Le câblodistributeur Cogeco, propriétaire de TQS, a affirmé lors de son passage devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) que les abonnés québécois accepteront une augmentation de leurs factures mensuelles pour financer les chaînes généralistes.

Les audiences du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour revoir le cadre réglementaire régissant les stations de télé se sont poursuivies hier, alors que Quebecor et son réseau TVA présentaient leur point de vue.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) vient de rendre une décision qui permettra aux deux plus grands opérateurs de téléphonie au pays de mieux concurrencer leurs compétiteurs.

L'Association des brasseurs du Québec et l'Association des microbrasseurs du Québec ont refusé d'adhérer au nouveau code d'éthique volontaire proposé par Éduc'alcool.

Le Conseil canadien des normes de la publicité a indiqué hier avoir retenu des plaintes formulées à l'endroit d'une affiche extérieure pour la voiture Mini Cooper et d'une publicité télévisée pour les bonbons M&M.

Après un an et demi de réflexion, six associations de l'industrie du cinéma et de la publicité québécoise s'entendent pour réglementer le niveau sonore des bandes-annonces et des publicités dans les salles de cinéma.

La Cour suprême du Canada accepte de revoir l'ensemble des restrictions imposées à la publicité et aux commandites des fabricants de tabac, donnant à ces derniers une autre occasion de revenir à la charge.

Le bureau des Normes canadiennes de la publicité rapporte une baisse de 17% des plaintes des consommateurs à l'endroit de la publicité en 2005, ce qui ramène le nombre total de plaintes dans la moyenne annuelle que reçoit l'organisme.

Les Québécois sont trop gros, et le milieu publicitaire en est en partie responsable, selon l'Association pour la santé publique du Québec (ASPQ), qui réclame un resserrement de la réglementation sur la publicité destinée aux enfants pour mieux les protéger contre la malbouffe.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) entreprend une vaste révision de sa politique sur la radio commerciale en vue de l'ajuster à l'arrivée des nouvelles technologies et plates-formes de distribution.

Le CRTC se penche sur les pratiques de placement de produits à la télévision afin de voir s'il n'y aurait pas lieu d'encadrer ces pratiques publicitaires de plus en plus prisées par les annonceurs, revèle le quotidien Globe and Mail dans son édition d'hier.

L'Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) se tourne vers les tribunaux pour tenter de briser une décision de la Commission du droit d'auteur majorant les redevances que les stations de radio doivent payer.

Les organisateurs d'événements peuvent anticiper un modeste retour des commandites de compagnies de tabac en vertu d'une décision de la Cour d'appel du Québec rendue lundi.

Dans une décision émise la semaine dernière, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a renforcé la réglementation actuelle sur le télémarketing.

L'Association canadienne de télévision par câble a exprimé son regret à propos du rejet par le CRTC de sa demande d'ajout de chaînes américaines, comme HBO et ESPN, à la liste des chaînes du câble numérique.

Les 200 millions$ que dépense annuellement le gouvernement fédéral en contrats publicitaires ne pourront plus être distribués selon les volontés des ministres, comme c'était le cas antérieurement.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a confirmé qu'il n'estimait pas nécessaire de réglementer la retransmission sur Internet de signaux de radio et de télé.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) invite le public à faire part de ses observations relativement à la retransmission sur Internet des programmes de télévision et de radio.

Le Bureaude la concurrence étend ses compétences aprèsavoir participé, en février dernier, à une rechercheinternationale visant à repérer sur Internet des cas de publicitéset de pratiques commerciales trompeuses, tels que des stratagèmespromettant un enrichissement instantané.

Le Conseil de laradiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC)a renouvelé la licence de la chaîne TQS pour sept ans.Il s'agit du premier renouvellement officiel de la chaîne du groupeQuebecor.De plus, le CRTC dispense TQS de conditions sur la production indépendante.En contrepartie, TQS devra allouer un montant annuel d'au moins 4 millions$ à une telle production et un total minimum de 40 millions $ d'icile 31 août 2008.

Le Conseil de laradiodiffusion et des télécommunications canadiennes(CRTC) a commencé à se pencher sur la manière dontles médias traduisent la diversité culturelle et linguitiquedu Canada.

Le laboratoire pharmaceutique Wyeth-Ayerst Canada a finalement obtenu l’autorisation des Normes canadiennes de la publicité, pour diffuser le second message de sa campagne télé faisant la promotion de sa pilule anticonceptionnelle, Alesse, vendue sous ordonnance.

Les plaintes concernant les messages publicitaires ont nettement augmenté au Québec, en 1999, selon le récent rapport des Normes canadiennes de la publicité.

Plus d'articles