La référence des professionnels
des communications et du design

Un juré déclare: "Non, ce n'est pas arrangé"

"'Ils se sont encore remis des prix entre eux', 'On sait bien comment ça se passe; je te donne un Coq, tu m’en donnes un', 'Paraît qu’il y a bien des réunions de corridor dans ce jury-là', 'Non, mais ça se peux-tu? Je me suis fait voler un Coq par ça': je vous entends déjà, le soir du gala, récriminer, ronchonner et bougonner, un verre dans le nez.

"Je le sais, je l’ai déjà fait, il y a de cela quelques lunes quand même. J’étais dans le jury cette année, dans le jury préliminaire l’an dernier et dans le jury de l’année d’avant. Et chaque gala, l’histoire se répète, l’histoire rouspète. Chaque fois, je dois me défendre et défendre l’intégrité du PCM, du président du jury et de chacun de ses membres. J’écris aujourd’hui pour (peut-être!) pouvoir enfin festoyer en paix lors de la soirée du gala. J’écris aujourd’hui parce qu’au lendemain, j’aurais l’air de défendre un acte que le jury n’a pas commis. Je fais dans la prévention donc. Ceci étant dit, n’hésitez pas à venir me voir ce soir-là, il me fera plaisir de vous répéter exactement le contenu de cette trop brève chronique."

Pour lire l’intégralité du commentaire de Michel Proulx, de l’agence Arthur & Merlin, membre du jury au concours 2004 de création publicitaire du Publicité Club de Montréal (PCM), cliquez ici (PDF).

comments powered by Disqus