La référence des professionnels
des communications et du design

Hayter témoigne devant le comité parlementaire

John Hayter, président et chef de la direction de l'agence torontoise Vickers & Benson, a déclaré devant le comité des comptes publics que la vérificatrice générale Sheila Fraser semblait avoir confondu commissions d'agences, honoraires professionnels et coûts de production. Il a estimé qu'elle devrait clarifier ses affirmations selon lesquelles 100 millions$ du programme fédéral de commandites ont été versés à des agences de publicité proches des libéraux, affirmations qui portent à confusion, selon lui.

Le principal rôle de Vickers & Benson dans le programme des commandites a été de coproduire une télésérie avec la chaîne d'État chinoise. La télésérie faisait la promotion de la vie et de la société canadienne, en parallèle avec deux missions commerciales d'Équipe Canada. Elle est l'un des quelque 50 projets que Mme Fraser a soumis à une vérification. Sans le critiquer dans le rapport qu'elle a rendu public en février, Mme Fraser a indiqué dans des documents déposés depuis devant le comité parlementaire que le ministère des Travaux publics disposait d'une documentation insuffisante sur ce projet.

John Hayter a reconnu que Vickers & Benson avait aussi réalisé des messages pour des campagnes électorales des libéraux fédéraux depuis l'époque de Lester B. Pearson. Mais cela ne signifie pas que l'agence a été favorisée dans l'attribution de contrats gouvernementaux, selon lui: "C'est vrai que nous avons remporté des appels d'offres gouvernementaux pour des contrats importants, a-t-il affirmé. Pas à cause du copinage, mais parce qu'on peut compter sur nous pour en donner pour leur argent aux contribuables canadiens."

De plus, John Hayter a soutenu que son agence avait fourni une pleine boîte de documents aux vérificateurs du ministère quand ceux-ci ont examiné le programme de commandites en 2002.

comments powered by Disqus