La référence des professionnels
des communications et du design

Claude Boulay nie toute malversation

Hier, devant le comité des comptes publics, Claude Boulay, l'ancien président de Groupe Everest, a nié toute malversation de la part de son agence et de ses filiales dans l'affaire des commandites fédérales. Il a affirmé que plusieurs points dénoncés par le rapport de la vérificatrice générale Sheila Fraser n'étaient pas fondés. Il a aussi soutenu qu'il était faux de dire que des agences de publicité avaient empoché 100 millions$ en commissions, alors qu'il s'agissait plutôt, selon lui, de "frais de production et d'honoraires". Enfin, il a déclaré que les comptes gouvernementaux obtenus par son agence et ses filiales découlaient d'appels d'offres.

Par ailleurs, le comité chargé de faire la lumière sur l'affaire des commandites fédérales devait également entendre hier deux autres témoins clés: Jean Brault, de l'agence Groupaction; et Gilles-André Gosselin, de Gosselin Communications. Mais aucun des deux n'a comparu. Il semble que M. Brault éprouve des problèmes de santé, et que M. Gosselin nie avoir été convoqué.

comments powered by Disqus