La référence des professionnels
des communications et du design

Marc LeFrançois contredit le rapport Fraser

Marc LeFrançois, l'ancien président de Via Rail, a affirmé hier devant le Comité des comptes publics que la société d'État n'avait jamais émis de facture fictive, contrairement à ce qui est écrit dans le rapport de la vérificatrice générale Sheila Fraser. Pour appuyer ses propos, il a déposé la facture en question auprès du comité parlementaire chargé de faire la lumière sur l'affaire des commandites fédérales, en soulignant qu'elle était bel et bien "réelle et exacte".

Toutefois, M. LeFrançois a reconnu que l'absence de contrat écrit pour la télésérie consacrée au champion de hockey Maurice Richard était contraire à la politique de Via Rail. Il a néanmoins soutenu qu'un contrat verbal est aussi légal qu'un contrat écrit, et a assuré que la société d'État n'avait pris part à aucune activité douteuse.

Enfin, l'ancien président de Via Rail a prétendu que le gouvernement de Jean Chrétien avait décidé de se servir des sociétés de la Couronne pour accroître sa visibilité au Québec, et que lui n'avait été qu'un simple exécutant dans cette opération.

La veille, Jean Pelletier, ancien bras droit de Jean Chrétien et ancien président du conseil d'administration de Via Rail, avait nié devant le comité parlementaire toute intervention politique dans le programme de commandites fédérales. "Jamais, à ma connaissance, le bureau du premier ministre n'est intervenu dans l'administration interne du programme", avait-il dit.

comments powered by Disqus