La référence des professionnels
des communications et du design

Changements d'orientations pour Télé-Québec

Louise Gendron, directrice générale des programmes de Télé-Québec, a rencontré la presse hier, pour la première fois depuis son entrée en fonction, en octobre dernier, en remplacement de Mario Clément. Elle a dressé un portrait des principales orientations qu'elle entend donner à la programmation à partir de l'automne.

"En acceptant ce poste, j'ai aussi endossé le mandat premier de la chaîne, qui est de faire une télévision à la fois culturelle et éducative", dit-elle. "Télé-Québec s'adresse à l'ensemble de la population, en particulier aux personnes qui sont curieuses des faits de société dans laquelle elles vivent."

La programmation jeunesse sera maintenue au niveau actuel, avec entre autres le retour de "Ramdam", destinée aux 9-12 ans. Du côté de la programmation adulte, Louise Gendron compte attribuer un thème à chaque soirée. Ainsi:
- les lundis seront consacrés à la programmation internationale, avec l'émission "Points chauds" et la diffusion d'un documentaire;
- les mardis seront réservés à la fiction, notamment avec la diffusion de la série "24 heures" et d'une nouvelle émission de littérature, animée par Sylvie Lussier et Pierre Poirier (auteurs notamment de "Jack Carter", et de "Quatre et demi");
- les mercredis seront consacrés aux émissions donnant un point de vue sur la société québécoise, notamment avec la diffusion des "Francs-Tireurs";
- les jeudis seront placés sous le signe du cinéma: "Le 7e", tel qu'on le connaît aujourd'hui, disparaîtra pour être remplacé par une émission dont la formule se veut moins pointue;
- les vendredis, on parlera de bien-être: d'une part, le bien-être chez soi, avec Josée di Stasio, et d'autre part, en société, avec la nouvelle émission de débats, conçue et animée par Marie-France Bazzo, dont le titre n'est pas encore déterminé;
- les week-ends seront l'occasion de diffuser des documentaires scientifiques et des émissions de variété, comme "Belle et bum" (pour le dimanche soir, on cherche toujours une formule).

Les coupures des dernières années auront eu raison des téléséries québécoises. "C'est coûteux à produire, dit Louise Gendron. Dès mon arrivée, en regardant les chiffres, j'ai mis un frein au développement de téléséries. Nous n'en n'avons plus les moyens." La production de l'émission culturelle quotidienne "Diabolo menthe" dépendra, pour sa part, des mesures adoptées par le ministre des Finances Yves Séguin, dont le budget est attendu pour la fin de mars. D'ailleurs, Télé-Québec s'attend à de nouvelles coupures: "S'il faut jeter du lest, on en jettera", dit Louise Gendron. "Mais je suis une battante et je refuse de travailler dans la grisaille."

comments powered by Disqus