La référence des professionnels
des communications et du design

BCP réagit à l'affaire des commandites

L'agence BCP étant mentionnée dans le rapport Fraser, ses dirigeants ont tenu à se défendre publiquement d'avoir mal agi dans l'affaire des commandites fédérales. Le cas relaté par la vérificatrice générale du Canada concerne le compte de Tourisme Canada. "En aucune façon (la vérificatrice générale) ne met en cause l'intégrité contractuelle des mandats octroyés, l'intégrité professionnelle de BCP et encore moins la probité de ses dirigeants", indique le communiqué émis par BCP.

À ce sujet, l'agence précise:
* "BCP n'a reçu aucun mandat de commandites tels que ceux examinés par la vérificatrice générale du Canada. Le mandat de publicité de Tourisme Canada en 1994, après un appel d'offre en bonne et due forme, a été octroyé à Vickers & Benson de Toronto. Tourisme Canada a alors informé BCP qu'elle s'était classée deuxième."

* "Par la suite, Travaux publics services gouvernementaux Canada et Tourisme Canada ont recommandé, en accord avec Vickers & Benson, qui demeurait l'agence principale, d'ajouter BCP comme agence partenaire. Ceci a été suggéré en raison de la dominance de BCP sur le marché francophone au Canada (une cible prioritaire pour Tourisme Canada) et compte tenu de la présence de BCP en Europe (BCP avait un bureau à Paris à l'époque) ainsi que de son expertise pour le développement de partenariats privés en Europe pour le bénéfice de Tourisme Canada."

* "Il faut donc comprendre que les services de BCP ont été retenus non pas en mode de fournisseur unique, mais pour une année et pour une part réduite du mandat de publicité, soit un peu plus de 25%, Vickers & Benson demeurant en tout temps l'agence principale. Un contrat en bonne et due forme, avec clauses de renouvellement, a été transmis par Tourisme Canada à BCP en 1994."

* "Année après année, avec beaucoup de rigueur et l'accord de Vickers & Benson, le contrat a été renouvelé par Tourisme Canada après évaluations périodiques de la qualité des services rendus. De fait, des évaluations de rendement ont été régulièrement réalisées et ont constamment placé BCP en tête de liste de satisfaction de la part du client. L'association contractuelle de BCP avec Tourisme Canada s'est terminée à l'automne 2002."

Par ailleurs, John Parisella, président de BCP, a catégoriquement rejeté les affirmations de la FCEE-Québec selon lesquelles il serait impliqué dans l'affaire des commandites. "Il s'agit là d'une accusation mensongère, non factuelle, sans aucun fondement et qui dénote une méconnaissance totale du dossier", a-t-il dit dans un communiqué émis par BCP.

Le cas de Tourisme Canada relaté par la vérificatrice générale remonte à 1994. M. Parisella a été nommé président de BCP en 1999. "Déclarer sans aucune nuance que M. Parisella est impliqué dans le scandale fédéral des commandites relève de la mauvaise foi la plus totale, n'est pas conforme aux faits et met en cause l'intégrité professionnelle de M. Parisella et celle de BCP de manière tout à fait inadmissible", ajoute le communiqué de BCP.

comments powered by Disqus