La référence des professionnels
des communications et du design

Le gouvernement réagit vivement au rapport Fraser

Le premier ministre Paul Martin a annoncé hier l'ouverture d'une enquête sur l'affaire du programme des commandites fédérales qui a éclaté sous le gouvernement de Jean Chrétien. L'enquête sera menée par une commission "publique et indépendante". Cette annonce a été faite peu après le dépôt du rapport de la vérificatrice générale Sheila Fraser sur les activités de commandite et de publicité menées par le précédent gouvernement.

"La vérificatrice générale dresse un tableau extrêmement troublant d'une mauvaise administration, qui est tout simplement inacceptable pour ce gouvernement", a dit Paul Martin. "Notre gouvernement prendra les mesures nécessaires pour faire toute la lumière sur ce qui s'est produit dans le passé et mettra en place les mécanismes qui s'imposent pour s'assurer que de tels abus ne puissent plus jamais se reproduire."

Le programme de commandites du fédéral visait à renforcer l'image du Canada au Québec depuis le référendum sur la souveraineté du Québec de 1995. L'argent était destiné à soutenir des festivals, événements sportifs et activités culturelles en échange de l'apparition des logos du gouvernement ou de la feuille d'érable canadienne.

Selon le rapport de Mme Fraser, des 250 millions$ dépensés entre 1997 et 2002, 100 millions$ ont été versés en commissions et honoraires à des agences de publicité proches du Parti libéral du Canada pour promouvoir le fédéralisme au Québec (pour plus de détails, cliquez ici). Et des sociétés d'État, dont Via Rail et la Gendarmerie royale du Canada (GRC), ont participé à "un stratagème permettant aux agences de publicité de toucher de généreuses commissions", indique le rapport.

"C'est vraiment inquiétant, et la seule conclusion à laquelle l'on peut arriver, c'est que les transactions ont été conçues pour verser des commissions à des agences de communication qui n'ont pas livré de services", a dit Sheila Fraser en conférence de presse. "Elles encaissaient un chèque et émettaient un autre chèque. Elles ne faisaient aucun service."

L'abolition du programme de commandites avait été l'une des premières mesures annoncées par Paul Martin à son arrivée au pouvoir (pour plus de détails, cliquez ici). Dans un rapport préliminaire dévoilé en 2002, la vérificatrice générale avait en effet conclu que les fonctionnaires responsables du programme avaient "contrevenu à presque toutes les règles" de la saine administration.

Par ailleurs, ce matin, les médias canadiens accordent une large couverture à l'affaire des commandites fédérales. En voici les principaux extraits:
* Un porte-parole d'Alfonso Gagliano, ambassadeur du Canada au Danemark, affirme que son patron rentrera sous peu au Canada et qu'il émettra une déclaration publique sur son rôle présumé dans l'affaire du programme des commandites (Cyberpresse - cliquez ici).
* L'opposition aux Communes a réagi avec colère au rapport de la vérificatrice générale sur le programme de commandites en accusant le gouvernement libéral de corruption et de blanchiment d'argent (Cyberpresse - cliquez ici).
* L'enquête qui va être lancée concernant l'affaire des commandites fédérales portera sur au moins 13 cas de commandite douteux (Toronto Star - cliquez ici).

comments powered by Disqus