La référence des professionnels
des communications et du design

Interpublic vacille

Les problèmes continuent d’affluer pour le deuxième plus grand groupe de communication au monde, Interpublic, dont les dirigeants sont officiellement poursuivis pour fraude. Huit dirigeants passés et actuels, dont le président et chef du conseil, John J. Dooner Jr., devront répondre à des accusations d’avoir trafiqué les résultats financiers de l’entreprise au cours des cinq dernières années, et d’avoir incité des cadres subalternes à faire de même. Le 13 novembre dernier, la direction de l’entreprise avait annoncé qu’elle réviserait les résultats des cinq dernières années pour corriger des irrégularités s’élevant à 181 millions$US. Selon les plaignants, ce montant ne représenterait que la pointe de l’iceberg.

Plus tôt cette semaine, le président et le premier vice-président de Suissa Miller, une agence de publicité achetée par Interpublic en janvier 2000, ont liquidé la quasi-totalité de leurs actions du groupe. Les deux hommes ont indiqué avoir l’intention de racheter leur agence à la société holding.

Enfin, hier, le Standard & Poor’s a émis un avertissement quant aux possibilités d’abaisser une fois de plus la cote de crédit du groupe.

L’action d’Interpublic, dont la valeur a atteint 34,98$US l’année dernière, valait 13,30$US hier, à la fermeture des marchés.

Au Québec, Marketel, M2 Universal, FCB Direct Montréal, Mondialis Communication Marketing, BDDS Weber Shandwick et NFO/CFgroup font partie du réseau Interpublic. Everest Communication Marketing a également une entente spéciale avec la société holding, sans pour autant être membre du groupe.

comments powered by Disqus