La référence des professionnels
des communications et du design

Les commentaires d'Yves Blain: paranoïa d'un marketeur direct

Par où commencer? La plage? La Croisette? Les restos? La monstrueuse machine publicitaire qui s'affiche ici sans réserve? L'organisation ultra-slick du festival? Tiens, ouvrons sur une question qui travaille le “subconscient collectif” (ouch!) de plus d'un spécialiste du marketing direct en visite à Cannes: l'arrivée du MD dans ce ghetto publicitaire, qui en fait sourciller (et sourire) plus d'un. S'agit-il vraiment d'une ouverture des communicateurs envers une discipline qu'ils veulent mieux intégrer? Ou est-ce un mal nécessaire, toléré pour des fins de rentabilité (le marketing direct, qui représente plus de 15% des campagnes soumises cette année au Festival, vient ainsi combler un manque à gagner considérable)? La réponse dans le courant de la semaine, sans doute.

Jusqu'à présent? D'une part, l'organisation accueille et traite ses jurés comme des rois (pub, MD ou autres sans discernement). D'autre part, deux journalistes qui, se ruant sur nous à l'heure du lunch (comme sur tous les autres jurés), se retournent aussi vite en voyant notre “badge” du jury MD. Pas sexy, le MD... Faudra voir. Bon, je ne vous emmerderai pas avec la “parano d'un direct marketeur à Cannes”. La semaine qui s'en vient nous fixera rapidement sur le sujet.

Entre-temps, plus de 1200 campagnes à évaluer. Cinq équipes de cinq juges (en marketing direct seulement) qui lisent des centaines de pages de soumissions par jour. Hier, Médias alternatifs. Aujourd'hui, Services publics (dont la monstrueuse industrie des télécoms). Jusqu'à maintenant, c'est une expérience fabuleuse. Il se fait des campagnes incroyables, partout dans le monde. De même que des trucs complètement nuls, que je serais gêné d'envoyer à mon chien. Je vous en reparle dans deux jours.

Yves Blain, vice-président de FCB Direct Montréal, juré canadien sur les premiers Lions Direct.

P.S.: Des commentaires? Laissez-moi un mot à: YvesaCannes@Hotmail.com, ça me fera plaisir d'avoir des nouvelles (oui, je sais, il ne fait pas beau à Montréal).

comments powered by Disqus