La référence des professionnels
des communications et du design

Les Affaires fait peau neuve!

Cliquez ici pour voir toutes les photos

L'ensemble de la marque Les Affaires a revu son identité visuelle: les grandes conférences, le site web, le magazine Les Affaires Plus (anciennement A+) et, bien sûr, le journal. Entrevue sur la portion journal, avec Charles DesGroseilliers, directeur de l'information visuelle.

Quels ont été les principaux changements?
L'ancien format du journal donnait l'impression d'être un peu vieillot, et c'est justement cette image que je voulais qu'on casse. Je désirais qu'on lui donne une allure plus actuelle. Et avec la refonte, j'en ai profité pour régler plusieurs lacunes, entres autres par rapport à la production. Nous sommes cinq graphistes à monter le journal chaque semaine, et avant la refonte, il n'y avait pas vraiment de ligne directrice concernant la conception visuelle. Tout le monde faisait un peu ce qu'il voulait. Par conséquent, du début à la fin du journal, c'était inégal. J'en ai donc profité pour produire un cahier de normes visuelles donnant les directions. La grille a quant à elle été vraiment resserrée, et nous avons implanté des limites à respecter, question d'avoir une certaine constance au fil des pages.

Concrètement, quels ont été ces changements?
J'en ai profité pour resserrer plusieurs détails qu'on retrouvait dans l'ancienne version. On perdait beaucoup d'espace à plusieurs endroits. Donc, j'ai resserré les en-têtes, les gouttières, un peu l'interlignage et la typo. Avant, l'un des problèmes était qu'on tassait le visuel dans un coin et on lui donnait l'espace restant. Maintenant, ce qui est drôle, c'est qu'on n'a pas nécessairement plus d'espace, mais c'est maintenant le visuel qui, souvent, va donner la couleur dans la page et la rendre intéressante. Les pages respirent plus, tout en ayant davantage de mots et de visuels! Un des objectifs était d'ailleurs de donner une personnalité plus forte au journal.

Quelles ont été vos inspirations?
Le magazine italien Intelligence in lifestyle, piloté par le directeur artistique Francesco Franchi. Vous devriez d'ailleurs l'inviter dans une de vos conférences, il vient d'écrire un livre sur le design d'information, et c'est excellent! Il y a aussi Bloomberg Businessweek, que je trouve vraiment bien et collé à notre réalité. Et parfois, par moment, des magazines comme Sportsnets, qui ont toujours des mises en pages très vivantes.

Concernant votre page couverture, quelle est la nouvelle ligne directrice? 
Avant, l'on avait une colonne sur le côté avec plein de titres et un sujet plus fort qui était le sujet de la manchette. Mais il y avait toujours trop de compétition entre l'image de la manchette et les autres sujets. On a donc éliminé cette colonne et l'on ne met maintenant qu'un sujet fort sur la une. Le titre donne vraiment l'information aux lecteurs quant au sujet traité. L'image, elle, dans un monde idéal, fait réagir les gens. Chose certaine, on a voulu arrêter de présenter des couvertures un peu trop neutres. À la fin, l'on avait tendance à toujours mettre une personne avec les bras croisés qui regardait la caméra, tout simplement. L'image ne voulait plus rien dire à part: on va vous parler de cette personne-là.

Il est actuellement possible de voir la nouvelle mouture du journal en kiosques.

Direction de l'information visuelle: Charles DesGroseilliers
Graphisme: Annick Désormeaux, Josée Noiseux, Louise Rouleau, Dorian Danielsen
Illustration et signalisation: Daniel Robitaille
Recherche typographique: Feed
Photographie: Jérôme Lavallée, Daphné Caron
Édition adjointe et rédaction en chef: Géraldine Martin
Direction du contenu: Julie Cailliau
Édition: Sylvain Bédard

comments powered by Disqus