La référence des professionnels
des communications et du design

Le nouveau logo de l'ADC est signé Sid Lee

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Art Directors Club (ADC), organisation qui rassemble les professionnels du design, de la publicité et de l'interactif, vient de se doter d'un nouveau logo et, du même coup, d'une identité visuelle complète. Entrevue avec Simon Chénier-Gauvreau, le directeur artistique derrière ce mandat.

Comment avez-vous hérité de ce mandat?
En fait, Philippe Meunier siège au sein du conseil d'administration d'ADC, et il est arrivé spontanément avec une idée, alors que les démarches de rebranding avaient déjà été entamées par l'organisation. Leur but était de laisser de côté l'appellation complète «Art Directors Club» au profit d'«ADC», dans l'optique de mettre de l'avant le fait qu'il s'agit d'une organisation mondiale et que son rôle est d'englober toutes les disciplines: publicité, design, etc. Philippe a ainsi proposé l'idée d'une «pastille», - dans ce cas la lettre «C» - qui engloberait tout. C'est de là que c'est parti.

L'organisation, qui fête ses 94 ans,  a eu 19 logos. Est-ce une volonté de se réinventer continuellement?
Je l'ignore, mais j'imagine que cette notion de renouvellement leur est importante. Dans notre cas, le but avec ce logo-ci, c'était vraiment de faire sentir qu'il s'agit d'un club, tout en effectuant un retour aux racines. Si l'on regarde le logo précédent (celui avec l'appellation complète, sur fond rose), il brisait la lignée. Avec le nôtre, on a ainsi fait un retour contrôlé.  

Justement, ce qui avait été fait précédemment vous a-t-il inspiré?
Oui, c'est certain, afin de respecter la continuité. Cela dit, notre logo a été complètement dessiné à la main.

Paula Scher a conçu l'un des derniers logos. Est-ce stressant de passer après une designer d'envergure comme elle?
C'est drôle, car durant tout le temps où j'ai travaillé à ce mandat, c'était dans une optique d'échange uniquement. Je n'ai jamais eu le sentiment que ça allait se concrétiser réellement. Nous échangions, et les échos étaient toujours très bons. On a ensuite développé la grille, et on leur envoyait des exemples avec des affiches, de la papeterie, etc. Progressivement, tout se faisait, et c'est à ce moment que j'ai vu que c'était réel! Donc, non, je n'ai pas nécessairement ressenti de stress. Le but était d'arriver à créer un logo juste et dans la veine de ce qui avait été conçu auparavant, tout en répondant à des besoins de communication. Ils ont été très contents d'avoir tout cela concis dans un cercle. Ne serait-ce qu'en matière de réseaux sociaux, où l'espace réservé pour les logos est souvent de forme carrée, ça s'inscrit très bien.

Quant aux déclinaisons, qu'est ce qu'on retrouve?
Ce qui est plaisant, c'est qu'il s'agit d'un mandat qui a débuté simplement, avec un logo venant de notre propre initiative. On a finalement pris le temps de le développer en marque. On a créé cette pastille, très simple en soi. C'est un logo dans un cercle, mais on a produit une grille qui, elle, se décline et dans laquelle on peut jouer assez facilement. Pour ce qui est des déclinaisons, il y a le lieu physique, à New York. Les fenêtres sont toutes de dimensions carrées. Alors, encore, le cercle cadre bien avec cela. Il y a aussi eu des cartes professionnelles, des affiches, de la papeterie, des objets promotionnels, etc.

Concernant les couleurs, pourquoi ce choix?
On s'est inspiré de la notion de club, qui fait officiel. Il fallait aussi mettre de l'avant, par celles-ci, le côté prestigieux ainsi que l'esprit moderne.

À noter que d'autres collaborations sont à venir entre l'agence et l'organisation.

Direction de création: Philippe Meunier
Direction artistique: Simon Chénier-Gauvreau

comments powered by Disqus