La référence des professionnels
des communications et du design

Olympiques: plus populaires que jamais au Québec

Cliquez ici pour accéder au Top 5 de l'actualité d'Influence Communication.
Même le joueur de tennis Roger Federer s'est intéressé à l'histoire des soeurs Dufour-Lapointe.

Les Jeux olympiques de Sotchi attirent une attention médiatique encore inégalée ici; Jean-François Dumas, président d'Influence Communication, relève les raisons de cet intérêt et les faits saillants de la couverture de l'événement. 

Dans la semaine du 4 au 10 février, le poids médiatique des Jeux de Sotchi a grimpé à 16% au Québec, loin devant la seconde place au palmarès, la victoire des Canadiens contre les Canucks de Vancouver (2,27%). «Il s'agit bel et bien de la nouvelle de la semaine. C'est un poids médiatique extrêmement élevé.»

Jean-François Dumas souligne que l'intérêt pour les Jeux olympiques grandit depuis les Jeux de Turin, en 2006. La première semaine de l'événement avait obtenu un poids médiatique de 6,4%. Ce pourcentage a atteint 10,66% lors des Jeux de Pékin, 14,85% à ceux de Vancouver, 15,90% pour ceux de Londres, avant de culminer en Russie. 

Qu'est-ce qui explique cette croissance? Jean-François Dumas y voit une série de facteurs déterminants, dont les coûts de plus en plus onéreux des droits de diffusion: «Les diffuseurs ont tout intérêt à maximiser leur couverture et à leur accorder une grande place aux Jeux dans leur programmation.» La multiplication de nouvelles plateformes (comme La Presse+) et la naissance de nouveaux médias (tel TVA Sports) influence aussi ce poids média. 

L'avènement des réseaux sociaux, en forte progression depuis les huit dernières années, y est aussi pour quelque chose. «Les médias traditionnels peuvent accorder jusqu'à 19 fois plus d'attention à une nouvelle lorsque la twittosphère s'enflamme», précise le président d'Influence Communication.      

L'intérêt du public s'accroît également. Non seulement les performances des athlètes sont de plus en plus remarquables, mais l'aspect télé-réalité et très émotif de la chose olympique s'avère fort fédérateur. La victoire des soeurs Justine et Chloé Dufour-Lapointe est un exemple probant: «Leur performance est le fait saillant olympique médiatique de la fin de semaine dans le monde. Et leur histoire a transcendé la performance athlétique: la couverture porte beaucoup sur l'histoire qui unit les soeurs, leur solidarité, l'histoire de leur famille. En plus, elles sont jolies, sympathiques et s'expriment bien. Elles aiment les médias et les médias les aiment.» 

Les soeurs Dufour-Lapointe ont généré trois fois plus d'intérêt dans la presse traditionnelle mondiale (journaux, radio, télé) que tout ce qui se dit sur le Québec (en bref, 75% de la visibilité obtenue par le Québec était lié aux jeunes skieuses). «Dans un contexte où il n'y a pas beaucoup de bonnes nouvelles dans les médias, ce genre d'événement fait du bien», conclut Jean-François Dumas.  

Suivez ce lien afin de consulter le Top 5 de l'actualité d'Influence Communication.

comments powered by Disqus