La référence des professionnels
des communications et du design

Martin Gauthier: «Nous avons fait de grands pas en 2013»

Martin Gauthier, associé principal et président de Sid Lee Montréal.

Après avoir obtenu le titre en 2009, 2010 et 2011, Sid Lee a été nommée, pour une quatrième fois en cinq ans, agence de l'année au pays par le magazine Marketing; entrevue avec Martin Gauthier, associé principal et président de Sid Lee Montréal. 

Qu'est-ce qui vous rend le plus fier de cette distinction?
C'est de voir Sid Lee récolter ce titre pour une quatrième année en cinq ans. D'une certaine façon, cela ne peut être le fruit du hasard et il faut reconnaître que nous faisons nécessairement quelque chose de bien. Que les façons progressives de faire de la communication marketing rapportent leurs dividendes. Et ça, nous le devons à nos artisans, au coeur de nos succès.

Que retenez-vous de 2013?
2013 a été une année où nous avons franchi de grands pas; autant au chapitre de l'acquisition de comptes, avec l'arrivée de Burger King, Bombardier Aviation d'affaires et PC Financial, que de nos réalisations et de notre croissance. Je pense au déploiement de notre première grande campagne pour Absolute, aux réalisations pour Sport Chek, à l'événement Lolë à Paris, mais aussi à l'ouverture officielle de notre bureau de New York et au lancement de Sid Lee Entertainment. L'agence compte maintenant plusieurs ramifications. Elles ont toutes été appelées à contribuer, et je ne peux qu'être fier du travail accompli.

Qu'est-ce qui permet à Sid Lee de se distinguer?
Notre industrie traverse de très grands changements. D'un côté, les habitudes des consommateurs évoluent très vite. De l'autre, les budgets des annonceurs restent sensiblement les mêmes, mais sont d'autant plus répartis alors que les plateformes de diffusion se sont multipliées. Nous devons donc être polyvalents. On doit regrouper des artisans qui nous permettent de comprendre les différents points de contact avec les consommateurs, que ce soit en magasin, sur les médias sociaux ou les supports publicitaires traditionnels. C'est ce qui nous a poussés à lancer différentes entités spécialisées, et c'est également ce qui rend notre modèle difficilement imitable. Nous avons mis plusieurs années à bâtir notre écosystème, mais c'est maintenant ce qui fait notre force. 

Autrement, nous sommes dans une industrie de talents, et la préoccupation première reste la recherche des meilleurs. Il s'agit de la seule façon de rester compétitif et de se maintenir au sommet.  

Justement, vous êtes en compétition directe avec d'immenses réseaux d'agences. Arrivez-vous à tirer votre épingle du jeu?
Nous constatons que plusieurs grandes marques, comme Absolute, recherchent l'agilité, et c'est ce que nous sommes en mesure d'offrir. En ayant établi ce que nous qualifions de «mini réseaux globaux», nous avons développé une force de frappe internationale, tout en conservant les atouts et la flexibilité des plus petites agences de création. Plusieurs acteurs dans les grands groupes sont extrêmement bons et créatifs, mais très peu peuvent offrir ce même niveau d'agilité.

Qu'est-ce qui s'en vient pour Sid Lee?
Nous souhaitons continuer d'étendre notre «mini réseau global». Sid Lee Toronto a connu une année formidable et, si nous avons mérité le titre d'agence de l'année, une grande part du mérite lui revient. Idem pour notre bureau de New York, qui a accompli un travail exceptionnel à sa première année, triplant autant en matière d'effectif que de volume d'affaires. Nous allons donc continuer de stabiliser ces deux pôles, mais non sans garder les yeux bien ouverts sur d'autres destinations. Pourquoi pas l'ouest des États-Unis, pourquoi pas l'Asie! Il n'y a peut-être pas de plan défini, mais une chose est certaine, c'est que nous voulons continuer d'étendre le réseau, tout en restant agiles et indépendants.

comments powered by Disqus