La référence des professionnels
des communications et du design

Faïçal Hajji: carburer à l'ambition

Faïçal Hajji, président et fondateur de FH Studio (photo: Martin Rondeau).

Infopresse propose des portraits de jeunes professionnels de l'industrie à surveiller: cette semaine, focus sur Faïçal Hajji, président et fondateur de FH Studio.

«Pour moi, il n'y a pas de limite», lance d'emblée Faïçal Hajji, qui a fondé l'agence de production, de photographie et de vidéo FH Studio en 2010. En effet, rien ne semble freiner l'ascension du jeune homme. Il a déniché presque coup sur coup des contrats avec l'agence de gestion de transporteurs aériens Star Alliance en 2012, puis avec la publication américaine GQ, pour laquelle il a pris la vedette Channing Tatum en photo pour la couverture.

Après des études en économie à la Sorbonne et en urbanisme à l'Université de Montréal, il a obtenu une mineure en photographie avant de créer son studio. En 2011, il a gagné un prix au concours québécois en entrepreneuriat du Service d'aide aux jeunes entreprises, dont la bourse lui a permis d'adapter ses locaux pour les tournages et prises d'images. «Dorénavant, les plafonds sont très hauts. Nous pouvons construire des décors et obtenir plus de contrats. Nous avons également recruté davantage de photographes.»

Producteur, gestionnaire, créatif, l'entrepreneur porte plusieurs chapeaux en tant que dirigeant. C'est d'ailleurs ce qui lui plaît le plus dans son métier. «Ce qui me passionne, c'est d'entretenir une relation humaine avec mes clients. Mais j'aime garder un lien avec la création, car j'ai déjà exercé la profession de photographe. J'ai conservé la fibre artistique et j'adore l'exploiter au quotidien.»

Celui qui compte parmi sa clientèle le fabricant et détaillant de vêtements et articles de cuir Rudsak, le bijoutier Birks, le styliste Philippe Dubuc, les produits cosmétiques Marcelle, le Cirque du Soleil et Rogers embrasse les changements de l'industrie avec le numérique et le 3D. Selon lui, on ne peut se méprendre sur la qualité d'une oeuvre. «Même s'il y a une démocratisation des moyens de production, ce qui ne se démocratise pas, c'est le talent.»

Retrouvez ce portrait dans le plus récent numéro du magazine Infopresse, actuellement en kiosque et offert en édition tablette.

comments powered by Disqus