La référence des professionnels
des communications et du design

Paprika crée pour des créateurs

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Jodoin Lamarre Pratte architectes a fait appel à Paprika pour renouveler son identité visuelle.

La firme d'architecture, qui célèbre son 55e anniversaire, a recouru au studio afin d'améliorer sa présence, sa perception et sa reconnaissance. Elle souhaitait prêcher par l'exemple en investissant dans le design québécois.

À l'image des grands bureaux internationaux d'architecture, le studio a doté la firme d'une élégante sobriété. «Nous souhaitions concevoir un langage sobre et classique représentant bien l'architecture, explique Jean Doyon, directeur de comptes de Paprika. En créant un bloc de quatre lignes désalignées, nous évoquons la silhouette d'un bâtiment avec balcons en porte-à-faux. Cela nous procure, malgré un nom très long, une forme et une silhouette qui se distinguent.»

Le choix typographique s'est arrêté sur la fonte OCR-B, conçue en 1968 par le designer suisse de réputation internationale Adrian Frutiger. Cette police a la particularité que chaque lettre ait le même espace; une précision quant au nombre de lettres que peut contenir une ligne de texte. «Le "w" ne prend pas plus de place que le "i", par exemple. On trouvait intéressant d'avoir à la fois une jolie fonte aussi utilitaire. Cela donne un beau parallèle avec l'architecture.»

L'identité se décline en plusieurs éléments: affichage extérieur et intérieur, pochettes, cartes professionnelles, papeterie, enveloppes, autocollants, sacs promotionnels, etc.

«Même avec un peu d'appréhension au début, ce fut une très belle expérience de travailler pour un bureau d'architecte. Il y a beaucoup de parallèles entre le graphisme et l'architecture. Nous avons toujours senti une grande ouverture et un respect face à notre démarche créative. Il y a eu de beaux échanges, et la relation a été très constructive.»

Studio: Paprika
Direction de création: Louis Gagnon
Design et direction artistique: René Clément
Direction de comptes: Jean Doyon

comments powered by Disqus