La référence des professionnels
des communications et du design

Hockey: Rogers et TVA grands gagnants

Martine Mailly, vice-présidente, activation média d'Aegis Media.

Rogers, qui a obtenu de la Ligue nationale de hockey (LNH) les droits de diffusion des matches nationaux, sous-traitera la diffusion francophone à la chaîne de Québecor; Infopresse a recueilli les premières réactions de Martine Mailly, vice-présidente, activation média, d'Aegis Media.

L'entente entre Rogers et la LNH, de 12 ans, se chiffre à 5,2 milliards$, un contrat sans précédent dans l'histoire de la ligue et qualifié «d'historique» par le commissaire Gary Bettman. L'accord comprend les droits pour toutes les plateformes, dans les deux langues, pour les parties de la saison et des séries éliminatoires, jusqu'en 2025-2026.

Fait saillant pour les amateurs de hockey au Québec: TVA Sports a obtenu tous les droits multimédias en langue française de la LNH, à la suite d'un partenariat avec Rogers. La chaîne de Québecor diffusera donc un minimum de 22 rencontres du Canadien de Montréal en saison. De plus, elle détient les droits de diffusion francophones exclusifs sur toutes les parties des séries éliminatoires, incluant celles du Canadien et de la finale de la coupe Stanley.

Propriétaire des droits régionaux des 60 autres matches au calendrier, le Canadien devra trouver un diffuseur pour ceux-ci. Des pourparlers devront avoir lieu.

Mentionnons que les 22 parties du Canadien seront diffusées le samedi sur la chaîne généraliste de TVA plutôt que sur TVA Sports, ce qui étonne Martine Mailly: «C'est sans doute la plus grande surprise de cette annonce. Comment les autres chaînes s'ajusteront-elles au retour du hockey sur une chaîne conventionnelle? Et surtout, si Québecor n'obtient pas les droits régionaux pour les 60 autres matches, elle ne parviendra pas à susciter d'intérêt pour sa chaîne spécialisée. Quel est donc l'avantage pour TVA Sports? La rondelle est actuellement entre les mains du Canadien, et seule cette décision nous donnera le portrait global du hockey à la télé l'an prochain.»

Par ailleurs, TVA Sports disposera de plus des droits sur tous les matchs nationaux des équipes canadiennes et sur un maximum de 160 parties disputées entre des équipes américaines de la LNH, de même que sur les événements spéciaux, tels que le Match des étoiles, la Classique hivernale, le repêchage amateur et la cérémonie de remise des trophées.

Rappelons que RDS détenait depuis 2003 les droits nationaux et régionaux francophones de la LNH.

Du point de vue des annonceurs, Martine Mailly craint que cette nouvelle entente ne provoque une pression indue sur les prix. «Les droits ont été négociés à des prix tellement plus élevés qu'avant qu'on craint que les diffuseurs cherchent à refiler la facture aux annonceurs. Or, la capacité de ces derniers à payer n'est pas illimitée. Quelle sera la valeur ajoutée pour eux si les prix augmentent radicalement par rapport à ce qu'ils payaient déjà?»
 
Mentionnons en terminant qu'au Canada anglais, l'émission Hockey Night in Canada, en ondes depuis 1952 à la télévision, continuera néanmoins d'exister. En effet, CBC pourra diffuser 320 heures de hockey en heures de pointe (dont les parties diffusées le samedi soir, plage horaire de Hockey Night In Canada) ainsi que les matches de séries éliminatoires. Toutefois, l'entente qui lie le réseau à Rogers n'est échelonnée que sur quatre ans et toutes les décisions concernant l'émission incomberont à Rogers. La société d'État aurait payé environ 200 millions$ par saison.

L'accord entre Rogers et la LNH doit être approuvée par les gouverneurs de cette dernière, qui se réuniront les 9 et 10 décembre, en Californie.

comments powered by Disqus