La référence des professionnels
des communications et du design

Chaque pays a sa stratégie pour promouvoir l'euro

Les Pays-Bas consacrent un montant de 67 millions d'euros pour réussir à "vendre" la monnaie européenne, la France 45 millions et la Suède seulement 3 millions.

Le gouvernement français, qui a confié l'ensemble de sa campagne 2001 à Publicis, a fait le choix délibéré de la pédagogie, indique le quotidien Le Monde. Ni envolées lyriques ni humour dans les publicités télévisées, mais le visage de Lise (photo), qui a tout d'une collégienne, avec son sac à dos noir siglé euro. C'est elle qui a été chargée de présenter le calendrier du basculement, puis de familiariser le grand public avec les prix en euros lors de deux campagnes télévisées, déclinées également très timidement dans la presse. Les Français ont été conviés à deviner le futur prix d'une baguette, d'une place de cinéma ou d'un vélo tout terrain.

De son côté, l'Allemagne a choisi de donner la parole à des "grands témoins", qui se présentent comme des partisans de cette monnaie, alors que les Allemands, très attachés à leur deutschemark, s'apprêtent à adopter l'euro à reculons. Il s'agit encore de convaincre et de donner confiance.

À l'opposé de cette campagne solennelle, l'Italie et l'Espagne ont privilégié l'humour et l'émotion. L'Italie a fait appel à des acteurs connus pour jouer des sketches qui mettent en scène l'euro. Quant aux Pays-Bas, qui déroulent un véritable rouleau compresseur depuis 1999, ils martèlent des messages pratiques en essayant de s'adresser à toutes les catégories de la population, des enfants aux sourds et malentendants, en passant par les émigrés ou les personnes âgées. Au Portugal, des prêtres ont été mis à contribution pour diffuser la bonne parole dans les villages.

comments powered by Disqus