La référence des professionnels
des communications et du design

Sida: un débat à ranimer

Cliquez ici pour voir toutes les photos
Cliquez ici pour accéder au site web de l'émission

À la suite du troisième épisode de 30 secondes pour changer le monde, les experts en communication Cristiane Bourbonnais et Jean-Jacques Stréliski, en plus de la journaliste Catherine Perreault-Lessard, reviennent sur la naissance - et la disparition - du sujet en communication.

«Ma génération a grandi avec la peur du sida et ses campagnes de sensibilisation, souligne Catherine Perreault-Lessard, née dans les années 80. Il est troublant de voir à quel point l'on ne voit plus aujourd'hui de ces campagnes. C'est troublant.»

Cette cause semble en effet avoir cédé sa place médiatique à d'autres ces dernières années. Cancer du sein, malbouffe, jeu: nombreux sont les enjeux qui paraissent aujourd'hui plus actuels que celui du sida. Pourtant, la maladie est bien réelle. «La cause doit continuer d'exister absolument, estime Cristiane Bourbonnais. Nous vivons dans l'illusion qu'on peut contrôler le sida en prenant un médicament, alors que c'est une maladie qu'il faut garder à l'esprit et dont la recherche doit encore être financée.»

La science a réalisé des progrès, certes, mais le sida demeure une maladie grave et un grand tabou de société, surtout face à l'employabilité des personnes atteintes, qui constitue l'une des dernières frontières à franchir aux yeux de la spécialiste des communications.

Jean-Jacques Stréliski abonde en ce sens et croit que la conmunication reste essentielle pour lutter contre le conservatisme de telles attitudes. Il reconnaît toutefois un déclin de la cause, dans un univers où elles se font de plus en plus concurrence. «Le marketing a lâché prise. La problématique du sida, c'est que la cause elle-même ne fait plus recette parce qu'on a l'impression qu'elle est réglée, que tout est sous contrôle. Mais c'est une fausse impression et c'est le message qu'il faut envoyer: attention, la cause est vivante. On le fait, mais trop timidement.»

Les spécialistes réfléchissent à différentes façons de remettre cet enjeu au goût du jour: travail plus particuliers auprès des groupes à risques, éducation et sensibilisation notamment auprès des employeurs, intégration de figures emblématiques fortes à la télé, par exemple. Une réflexion sur la forme que prend l'amour aujourd'hui - et la façon dont les relations sexuelles s'y inscrivent - mérite aussi d'être effectuée. Car, comme le souligne Cristiane Bourbonnais, qui établit un parallèle avec la lutte au tabagisme, «dans le cas de la cigarette, le gouvernement a une arme de taille: la réglementation. Mais il est bien difficile de réglementer le sexe».

Réécoutez cette discussion, animée par Arnaud Granata, vice-président et directeur des contenus des Éditions Infopresse, sur le site web de l'émission, puis participez au débat en utilisant le mot-clic #30secondesTQ.

30 secondes pour changer le monde est une production d'Infopresse Télé pour Télé-Québec avec la participation financière du Fonds des médias du Canada ainsi que des crédits d'impôt fédéral et québécois. Le site a été réalisé avec la participation financière du Fonds Bell.

comments powered by Disqus