La référence des professionnels
des communications et du design

Communication sociétale: les clés de la réussite d'une campagne

Antoine Bécotte souligne la créativité d'une campagne de la fondation Anar.

Alors que la communication joue un rôle important pour sensibiliser la population aux causes sociétales, Infopresse s'entretient avec Luc Du Sault, Martin Gosselin et Antoine Bécotte sur les clés de la réussite d'une campagne sociétale.

«Divertir pour faire réfléchir». Voilà comment Luc Du Sault, associé, vice-président et directeur création de Lg2, résume le principal élément à retenir pour concevoir une bonne campagne sociétale. Si cette affirmation étonne par sa simplicité, ce n'est pas une mince affaire selon celui qui a notamment récolté un Grand Prix au concours Créa 2013 pour l'opération de sensibilisation Hymne à la honte de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).

Luc Du Sault estime qu'une campagne divertissante permet aux gens d'être plus réceptifs à un message, puis de réfléchir sur sa teneur. «Aujourd'hui, les causes sociétales se multiplient, et nous sommes bombardés de messages provenant des quatre coins de la planète. Il faut en tenir compte lorsque nous concevons une initiative», ajoute-t-il. Si la réussite d'un message sociétal repose avant tout sur une bonne idée, il faut également qu'elle soit nourrie par une notion véridique sur la cause à promouvoir.

«Toute publicité doit comprendre un élément rationnel qui soutient l'idée sous-jacente, avec le potentiel de générer une émotion: faire sourire ou toucher les gens. C'est la base», affirme Martin Gosselin, vice-président, création, d'Ogilvy. Lorsque l'annonceur le peut, la déclinaison de la campagne sociétale dans les médias sociaux s'avère un élément important.

Chaque cause sociétale devrait maximiser l'engagement des gens dans les médias sociaux, d'après Antoine Bécotte, chef de la création de Cossette. Il applaudit l'offensive réalisée par la fondation Anar, qui vise à contrer la violence envers les enfants, diffusée dans des abribus en Espagne. Sur une affiche lenticulaire, le jeune pouvait voir l'image d'un enfant battu, tandis que l'adulte voyait un enfant à l'allure normale, sans ecchymose. «Qui dit cause sociétale dit société, donc médias sociaux. La capsule de cette initiative a été partagée et visionnée des milliers de fois sur le web, lui procurant un rayonnement encore plus important.»

Retrouvez un dossier complet sur les nouvelles réalités de la communication sociétale dans l'édition de septembre du magazine Infopresse, maintenant en kiosque.

comments powered by Disqus