La référence des professionnels
des communications et du design

Focus sur l'univers de Julien de Preux

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Cette semaine, focus sur les projets d'illustration du directeur artistique Julien de Preux, un ancien de Cossette et de Sid Lee qui vit à Genève, après deux années à Montréal.

«Faire de la pub c'est bien, mais dessiner c'est mieux!», s'exprime d'entrée de jeu Julien de Preux à la blague. Entre deux boulots, le directeur artistique s'est ainsi remis plus intensément à l'illustration, loisir qu'il pratique depuis son enfance et qu'il a parfois négligé, faute de temps. Son style, qui s'est précisé avec le temps, est devenu «signature» lors de ses études en design graphique, à Genève, en 2004. «Je devais réaliser une identité d'entreprise et une campagne pour une boulangerie, un thème identique donné à tous les étudiants. Quand j'ai commencé à dessiner mes petits pains avec des bras et des jambes, mes collègues de classe se moquaient de moi avec leurs beaux logos en Helvetica. Au final, j'ai terminé avec la meilleure note! Un peu de légèreté et d'humour, ça manque dans nos quotidiens, non?»

Actuellement, l'illustrateur travaille sur quatre différents projets d'illustration, dont trois ayant vu le jour cette année. Focus sur ceux-ci.

1. PoukiPoutchi
Lorsque leur premier fils est né, l'illustrateur et sa femme, la photographe et retoucheuse numérique Barbara Haemmig de Preux, ont reçu «plein de linge moche». Ils sont ainsi partis de ce constat pour créer ensemble une gamme de vêtements jolie, bien faite et, surtout, personnalisée. «Parce que les I love daddy ou My mom is the best, c'est assez lourd...». Illustrés et ensuite brodés sur des chandails ou des tuques, les concepts sont personnalisés en fonction de chaque enfant.

2. Mentos
Mandaté par Cossette, l'illustrateur a exécuté une campagne pour Mentos. Au total, 160 illustrations, mises en ligne tous les deux ou trois jours sur la page Facebook du compte, ont été conçues. «L'idée était d'utiliser les bonbons Mentos comme canevas, puis de leur faire exécuter des choses drôles afin qu'ils prennent vie.» Collées chaque fois à une journée spéciale différente (journée officielle de la relaxation, journée officielle pour raconter une blague, journée officielle du bonheur, etc.), les illustrations font sourire par leur ton humoristique, leur légèreté et leur fraîcheur. Tout ça, dans le but d'inviter les gens à poser une action spéciale et d'apporter un peu de fraîcheur à leur quotidien.

3. PanpanCucul
«L'idée de ce projet personnel était bien simple: j'avais envie de faire rire les gens.» Après s'être amusé à dessiner une bonne partie de ses amis Facebook en leur faisant un portrait style PanpanCucul personnalité, l'illustrateur s'est attaqué à l'actualité. «Le journalisme étant pour moi en pleine décadence - on nous fait peur et l'on ne nous informe que très peu sur les choses qu'on devrait savoir -, j'avais envie de me moquer de l'actualité, de la tourner en dérision.» PanpanCucul désigne l'action de donner la fessée.

4. Les P'tits Pis Moé 
À la demande d'une amie et ancienne collègue, Catherine Laporte, Julien de Preux en est venu à marier ses images aux textes de Véronique Grenier pour le Tumblr Les P'tits pis moé. Celle-ci raconte les drôleries de sa vie quotidienne, avec son garçon de quatre ans et sa fille de deux ans, sous la direction artistique de Catherine Laporte. «Les histoires de Véronique sont très drôles, et une collaboration courante suisso-québécoise me garde encore plus en lien avec le Québec!»

comments powered by Disqus