La référence des professionnels
des communications et du design

Les artisans québécois de la publicité à Cannes

Cliquez ici pour accéder au site web des Studios Apollo
Cliquez ici pour accéder au site web de Soma
Clqiuez ici pour accéder au site web des Enfants
Cliquez ici pour accéder au site web de Boogie Studio

Plusieurs représentants de maisons de production et postproduction québécoises se joignent chaque année à la délégation cannoise; coup d'oeil aux intérêts des artisans de la pub.

«Si tu es Québécois, que tu possèdes une société de production et que tu cherches à mieux connaître les meilleurs créateurs d'ici, c'est à Cannes qu'il faut aller», lance d'emblée Paul Maco, cofondateur des Studios Apollo.

Même son de cloche du côté de la boîte de postproduction Boogie Studio: parmi la soixantaine de Québécois au Festival international de la créativité Cannes cette année, Denis-Éric Pedneault, mixeur sonore associé, solidifiera les relations qui l'unissent à ses clients. «Il s'agit d'une bonne occasion d'entretenir nos relations avec les gens de chez nos comme avec nos clients à l'international dans un cadre convivial. Il est important d'être présent lorsque certains d'entre eux remportent un prix avec une pièce à laquelle nous avons travaillé.»

Chez Soma, qui envoie chaque année de jeunes réalisateurs pour les faire connaître, on cherche également à rester informé des nouveaux talents: «Cannes, c'est comme sept jours du concours Créa, affirme Jacinthe Arseneault, présidente et productrice exécutive. La création se renouvelle et c'est la raison pour laquelle nous cherchons à y aller tous les ans.»

D'ailleurs, la recherche de talents s'effectue dans les deux sens, comme le souligne Visant Le Guennec, producteur de la firme Les Enfants: «Si je rencontre un jeune réalisateur d'ailleurs que j'ai envie de représenter au Québec, tant mieux. Les rencontres se déroulent bien entendu dans les deux sens.»

Dans la frénésie du Festival, qui réunit des professionnels des communications de partout, quel espace reste-t-il au travail?

«Cannes est un événement festif, ce n'est pas le moment de chercher à décrocher des contrats, admet Visant Le Guennec. Mais j'y ai rencontré des gens qui ont pu mettre un visage sur mon nom et j'y ai échangé nombreuses cartes professionnelles. Toutes ces rencontres m'ont aidé à conclure des ententes par la suite.»

comments powered by Disqus