La référence des professionnels
des communications et du design

Baillat Cardell & fils anime C2-MTL

Cliquez ici pour voir toutes les photos

Parmi les nombreux partenariats de la récente édition de C2-MTL, Baillat Cardell & fils faisait partie des collaborateurs de premier plan.

Après une collaboration l'an dernier, et à la demande du concepteur et metteur en scène global de l'événement, Thomas Pintal, Baillat Cardell & fils a de nouveau participé à la scénographie et à la conception visuelle de l'événement. «On a eu beaucoup de plaisir l'an passé et encore plus cette année», précise d'entrée de jeu Guillaume Cardell.

Le déploiement des collaborations a commencé dès le lancement officiel, avec un coup d'éclat de l'Opéra de Montréal (voir les photos). Une boîte sur la scène s'est ouverte pour laisser découvrir la chanteuse d'opéra Raphaël Paquette, qui incarnait une automate réagissant à la musique, tout en chantant un extrait des Contes d'Hoffmann de Jacques Offenbach. Elle était recouverte de segments de miroir, et un jeu de lumière faisait ainsi refléter des éclats sur elle, devant des images vidéo en arrière-plan, signées Baillat Cardell & fils. «L'idée était de soutenir visuellement la performance de l'artiste.»

Quelques minutes plus tard, les invités ont découvert la vidéo d'ouverture officielle (voir plus bas), diffusée chaque matinée et chaque après-midi des trois jours de conférences. Le mot d'ordre de cette ouverture était la profondeur. «Comme les gens connaissaient maintenant C2-MTL, l'idée était de les amener plus en profondeur que l'an dernier, de les faire entrer dans le sujet. On a employé ce que nous avions fait l'an dernier pour le faire évoluer.» Une approche évolutive allant du noir et blanc à la couleur, et du 2D au volume en passant par des formes géométriques assumées - signature du studio - a donc été priorisée. «On a une très belle collaboration avec l'équipe de C2-MTL. Ils ont vite compris que nous n'avions pas l'intention de dénaturer la marque, mais de l'éclater et de la faire sortir de la boîte. Donc, on a décortiqué et reconstitué ce qui avait été conçu.» Le son qui agrémente la vidéo est d'ailleurs une réalisation de Jean-Sébastien Roux.

Également, le studio a été mandaté pour les transitions visuelles entre les conférenciers et blocs de contenu. «Il y avait une sensation d'apesanteur et de fragmentation en matière de visuels. Notre piste était la déstructuration, c'est-à-dire éclater pour reformer, comme s'il s'agissait d'un gros iceberg qui éclate en mille morceaux pour ensuite flotter sur l'eau.»

Finalement, l'équipe de Baillat Cardell & fils a conçu les capsules de présentation des commanditaires ainsi que différents types d'ambiances visuelles servant à agrémenter les conférences. «Elles devaient être subtiles. Nous ne voulions pas déconcentrer les participants lorsqu'ils écoutaient les conférenciers, mais agrémenter visuellement les conférences.»

comments powered by Disqus