La référence des professionnels
des communications et du design

Internet Week: contenu de marque et viralité à l'honneur

Cliquez ici pour accéder au site de l'événement Internet Week.
Étienne Mérineau, concepteur-rédacteur de Sid Lee.

Hier prenait fin l'événement Internet Week à New York; Étienne Mérineau, concepteur-rédacteur de Sid Lee, y ayant participé au jury du concours Webby, résume les grandes tendances qui se dégagent de cette semaine de conférences. 

1. Contenus: courts et intéressants
Internet a transformé notre manière de raconter des histoires ou des événements; c'est ce qu'on appelle le storytelling. Ce que le web nous apprend, c'est que les formes de divertissement de courte durée sont privilégiées par les internautes. Plus le contenu est court et intéressant, plus il est facilement digérable pour le consommateur et plus il est partagé. On assiste donc à une compression des communications, davantage axées sur l'imagerie que sur le langage.

Si le contenu court a la cote en matière de partage, Pete Cashmore, fondateur du blogue Mashable, croit pour sa part que les contenus longs, propices pour explorer des sujets en profondeur, offrent une valeur ajoutée qui peut intéresser les marques désireuses de s'associer à du contenu plus engageant.  

Quant à Jonah Peretti, fondateur de BuzzFeed, il prône l'heureux mélange: «Les gens aiment la combinaison de contenu: ils veulent des nouvelles politiques et de mignons animaux.»

2. L'obsession de la viralité
Les créateurs de contenu semblent obsédés par le concept du partage. Sa propension à être partagé lui donne de la valeur. La recherche de la viralité a donc un impact énorme sur la création des contenus (type, forme, sujet, etc.).

3. Garder la qualité bien en vue
Les gens passent plus de temps à promouvoir leur contenu qu'à le créer. Cela engendre parfois une pauvreté intellectuelle quant à la qualité et à l'étendue des contenus. Comme le disait si Brandon Stanton, photographe et fondateur du site Humans from New York et lauréat d'un prix Webby: «Les gens passent trop peu de temps sur leur art et trop sur la promotion. Concentrez-vous sur l'idée; l'auditoire suivra.» 

4. Curation des contenus: vive la réciprocité
Plusieurs curateurs se réapproprient l'oeuvre d'autres créateurs de contenu pour en tapisser leur propre site ou leurs réseaux sociaux, ce qui suscite parfois de vives réactions et des tensions entre les deux clans. Par contre, la plupart sont d'avis que la relation de réciprocité entre ceux-ci peut-être mutuellement bénéfique: d'un côté, les curateurs obtiennent du contenu de qualité à partager, de l'autre, les créateurs bénéficient d'une plus grande présence sur plusieurs points de contact.

5. Contenu de marque: authenticité d'abord
Pete Cashmore est d'avis que l'équilibre dans le mélange du contenu créé et de contenu commandité répond le mieux aux besoins et aux goûts des consommateurs, tout en prônant la pertinence des collaborations issues du «branded content»: «Peu importe si les marques créent ou commanditent du contenu, l'essentiel, c'est que le résultat semble authentique. Chez Mashable, nous filtrons le contenu de marque afin de nous assurer que nos partenariats soient pertinents et intéressants pour notre auditoire.»

comments powered by Disqus