La référence des professionnels
des communications et du design

Le journal Voir deviendra un bimensuel

La boutique en ligne Boutique.voir.ca devrait contribuer à hausser les revenus publicitaires du journal Voir.

La version papier de la publication gratuite ne paraîtra que deux fois par mois à partir de cet été.

Dans un texte sur le site du journal, le rédacteur en chef, Simon Jodoin, met en lumière les nombreux changements dans l'écosystème médiatique depuis 2008 ayant mené à cette décision. Il montre notamment du doigt «l'éclatement des modèles médiatiques traditionnels» et l'arrivée de géants comme Facebook, Apple et Google, qui drainent une partie des revenus publicitaires des entreprises culturelles sans ajouter à la présence de la culture locale. Simon Jodoin dénonce néanmoins l'hermétisme des médias traditionnels, qui, pour leur part, «n'ont su accueillir de nouvelles voix dites émergentes et ont trop souvent voulu imposer leur modèle publicitaire afin de soutenir leurs propres visées commerciales.»

Le journal profite de ces changements pour présenter le plan d'action qui guidera ses activités au cours de la prochaine année. Parmi celles-ci, Boutique.voir.ca, un site transactionnel mis sur pied il y a une dizaine de mois, où les internautes peuvent se procurer des cartes prépayées bonifiées dans des commerces sélectionnés, permet au média de hausser ses revenus publicitaires. 

Voir misera aussi sur son service de fabrication web. Son équipe des Ateliers web concevra les sites de ses clients en y intégrant ses modules de nouvelles et de calendriers.

Les mises à jour de Montréal complètement cirque, par exemple, se retrouvent donc immédiatement en ligne sous la rubrique «Art de la scène» de Voir.ca. «Ce modèle d'intégration permettra la circulation des internautes du site de l'annonceur à celui de Voir.ca, qui agira comme une sorte de hub culturel où seront rassemblées les dernières nouvelles et qui donnera une vitrine accrue à l'une des plateformes», fait valoir Pierre Paquet, président et éditeur de Voir.

Le média se défend néanmoins d'amorcer un virage exclusivement numérique. Jusqu'à nouvel ordre, le journal papier sera toujours publié. Les lecteurs y trouveront toutefois des articles et des dossiers plus en profondeur, moins collés sur l'actualité. Le site web continuera pour sa part à être mis à jour en temps réel.

Pierre Paquet souhaite que ce modèle procure à Voir un second souffle. «Nous espérons que nos annonceurs culturels continueront de se prêter au jeu et de se coller à notre contenu, qu'il soit sur le web ou dans la version de papier. Ceux rencontrés et qui annonçaient dans nos pages chaque semaine songent déjà à recycler leur budget chez nous dans le cadre de cette nouvelle formule.»

comments powered by Disqus