La référence des professionnels
des communications et du design

Concours des prix Marketing: les coulisses du jury

Thimalay Sukhaseum, conceptrice-rédactrice de Cossette, était membre du 91e jury du concours des prix Marketing.

Le jury des prix Marketing a récemment délibéré à Toronto; Thimalay Sukhaseum, conceptrice-rédactrice de Cossette, faisait partie de cette 91e mouture.

Présidé par Joseph Bonicci (Bensimon Byrne) et Dean Lee (DDB), ce jury était composé de 16 créatifs de partout au pays pour déterminer les gagnants des prix remis le 30 mai prochain à Toronto. Parmi eux, l'on notait quatre Québécois: Jo-Ann Munro, de Marketel, Luc Du Sault de Lg2, Martin Bélanger de Bos et Thimalay Sukhaseum de Cossette. Cette dernière livre ses premières impressions sur l'édition 2013.

Quelles sont vos impressions sur la composition du jury de cette année?
Cette année, il était présidé par deux Torontois, d'où l'importance des représentants québécois, qui avaient le rôle de s'assurer que les pièces d'ici, même dans leur version traduite, soient bien comprises. Je pense notamment à l'expression «oeil de lynx» d'une campagne pour Lunetterie Sears, ou encore à celle de la Sloche de Couche-Tard, toutes deux difficiles à rendre en anglais.

Par ailleurs, le jury était bien balancé entre l'expérience et la jeunesse, en plus des différentes expertises. Et puis, il y avait presque une parité hommes/femmes. C'est bien d'avoir des femmes au sein des jurys, car elles ne portent pas toujours le même regard sur certaines choses.

Est-ce que les pièces québécoises se distinguaient?
Le Québec était bien représenté; les pièces soumises provenaient de plusieurs agences. On avait une belle cuvée. Mais du point de vue de la création, je ne crois pas que nous nous distinguons particulièrement puisqu'il y a une mondialisation sur le plan des idées. Ce que nous jugions devait pouvoir avoir une résonance internationale. Ça ne faisait donc pas de différence que les concepts proviennent du Québec ou d'ailleurs: notre vision, c'était de faire rayonner notre marché du Canada à l'international.

La formule actuelle du concours pourrait-elle être améliorée?
La séance du jury, qui se tient sur deux jours, se déroule très rapidement, et l'on pourrait parfois bénéficier d'un peu plus de temps pour prendre du recul. Bien sûr, nous cherchons à nous assurer de la justesse de nos prix, mais cela reste une grosse structure, avec un nombre important d'inscriptions. 

C'était ma première expérience en tant que juge. Et de commencer à ce concours, qui rassemble les meilleurs créatifs du pays, c'est une autre ligue. J'y ai côtoyé des gens de partout, qui ont déjà gagné à Cannes. C'était un grand honneur d'être assise dans la même salle qu'eux. Je me sentais un peu petite, mais ça a été une courbe d'apprentissage remarquable et inspirante.

comments powered by Disqus