La référence des professionnels
des communications et du design

Guy Crevier: «Nous sommes partis d'une page blanche»

Cliquez ici pour voir la photo agrandie

La Presse dévoile ce matin sa nouvelle plateforme numérique, La Presse+; Infopresse s'entretient avec Guy Crevier, président et éditeur du journal, ainsi qu'avec Pierre Arthur, directeur principal recherche et marketing.

Au terme de trois ans de travail, Guy Crevier lève le voile sur ce projet d'envergure. En tout, 40 millions$ y ont été investis, dont deux millions$ en recherche: un côté consommateur et un autre côté efficacité publicitaire. «Nous sommes partis d'une page blanche, souligne-t-il. Afin de réduire nos coûts de développement, nous avons d'abord cherché en vain aux États-Unis, en Europe et ailleurs des groupes ou des chaînes de journaux qui partageaient notre vision.»

La plateforme sera différente des versions papier ou web, exploitant le plein potentiel de son nouveau support. «Nous voulions éviter de transférer le papier sur une tablette ou de créer une simple passerelle entre le site web et l'application mobile. C'est souvent le problème: ce que les lecteurs retrouvent sur leur tablette est le miroir du site web. Je n'ai rien vu depuis quatre ou cinq ans qui m'a frappé en matière de créativité. Tout en conservant l'ADN de notre journal, nous avons cherché à bâtir un nouveau média, avec une architecture et une vision propres.»

Pour le moment, La Presse+ n'est offerte que sur le système d'exploitation iOs - un choix motivé par le fait que 97% de l'achalandage de La Presse mobile sur tablette proviendrait d'appareils Apple. Le journal sera donc livré gratuitement tous les matins, dès 5h30, dans l'application Kiosque d'Apple Store. Une fois téléchargée, La Presse+ est aussi accessible en mode hors connexion.

Du point de vue visuel, elle présente la même facture et les mêmes couleurs que ses versions imprimées - jaune pour les sports, bleu pour les arts et spectacles, etc. Les contenus sont accessibles tant par un menu vertical des sections que par un menu horizontal comportant une vignette montrant chaque écran, page par page, comme dans une version papier. Organisée suivant le principe du storytelling, l'information est triée par sujet et profondeur de contenu, et complémentée par l'environnement interactif dans lequel elle s'inscrit, que ce soit par une des fenêtres d'information, des galeries de photos ou des capsules vidéo.

Navigation simplifiée à un seul axe, mode de lecture plein écran, possibilité de sauvegarde d'articles spécifiques, partage des contenus par Facebook, Twitter ou courriel intégré à même le texte sont quelques fonctionnalités accessibles.

Mais c'est sans doute pour les annonceurs que cette nouvelle plateforme est la plus novatrice. La Presse a notamment mis sur pied un laboratoire destiné à la création de formats publicitaires - et qui regroupe 115 personnes - en fonction des résultats de vastes études de marketing réalisées de concert avec Crop et la Chaire de commerce électronique de HEC Montréal. Neuf formats publicitaires et 26 niveaux d'interactions ont été créés, permettant aux annonceurs de susciter un engagement accru avec le lecteur.

Les blocs publicitaires peuvent inclure vidéo, musique, liens interactifs et web. Toutes ces fonctionnalités sont activées uniquement par le lecteur. «Pour lui, la publicité est une valeur ajoutée: il profite du côté ludique de la version papier dans un média tablette, un média de confort», remarque Pierre Arthur.

La Presse+ s'ajoute à l'écosystème de La Presse - papier, web et mobile, bien qu'elle remplacera La Presse mobile sur tablette.  

comments powered by Disqus